Marché de sexe à Parakou : Des mineures au travail, l’impudique prend de l’ampleur

22 novembre 2021

Le phénomène prend de l’ampleur dans les grandes villes du Pays malgré les actions menées par les autorités et les organisations non gouvernementales pour l’éradiquer. Il s’agit de la prostitution, une activité traduite par l’offre de services sexuels contre de l’argent. En plus d’avoir la peau dure, ce fléau prend une tournure plus grande avec la présence des mineures sur ce marché du sexe.

Contrairement aux années antérieures, l’activité du commerce des charmes gagne véritablement du terrain dans les grandes villes du Bénin comme Parakou. Dans la troisième ville à statut particulier du Pays, les sites où les hommes ont la possibilité de s’offrir des services des belles de nuit se sont multipliés de façon inquiétante. Si autrefois elles se trouvaient seulement aux quartiers Gah et Kpébié, ces dames prêtes à vous mettre à l’aise contre une somme presque insignifiante sont également aux quartiers Ladji farani , camp adagbè et à bien d’autres endroits dans la cité des Kobourou. Dans le lot, des femmes de différentes formes, différents teints mais aussi venues de différents horizons. Certaines vous adresse les mots de salutations en anglais tandis que d’autres utilisent le français comme langue d’échange. D’autres encore ne savent s’exprimer qu’en fon ou mina, langue parlée au Bénin, au Ghana et au Togo. L’ampleur que prend ce phénomène avec la multiplication des marchés de sexe est perçue par le sociologue Sotima Tchamtipo, enseignant à l’université de Parakou comme l’expression conjuguée de plusieurs malaises auxquels la société est confrontée notamment la morosité économique mais aussi la désacralisation du sexe et le développement de la paresse chez les jeunes gens. Mais pendant que la situation retient les attentions et se retrouve au coeur des réflexions et actions des décideurs qui dénoncent une activité qui porte atteinte à la pudeur, d’autres aspects du phénomène se développent avec à la clé plusieurs conséquences.

Des mineures désormais disponibles sur le marché du sexe
En dépit d’une lutte que mène le Préfet du Littoral, Monsieur Alain Sourou Orounla contre le développement de cette pratique "impudique", les belles de nuits mettent désormais sur leur marché des filles n’ayant pas encore l’âge et la maturité nécessaires pour s’adonner à de telles pratiques défendues par les religions. Gift, est une jeune fille en provenance du Nigeria rencontrée sur l’un des sites de la ville de Parakou qui a voulu se confier à nous. Celle-ci aura18ans, le 5 janvier 2022. Mais avant cet âge considéré comme celui de la majorité au Bénin, elle s’adonne déjà au commerce des charmes. "Je suis arrivée à Parakou en mai 2021 par le biais de Sister, notre responsable ici", a-t-elle affirmé au cours d’une longue conversation que nous avons pu avoir avec elle après de longues négociations. Selon ses explications, une partie de l’argent qu’elle engrange par son job de prostituée sert à payer les honoraires de la chambre qu’elle occupe puis à faire une cotisation chez la responsable qui lui remettra ça une fois qu’elle voudra se retirer du marché pour rebrousser Chemin. A l’instar de Gift, plusieurs autres filles mineures occupent les soirs les trottoirs des rues dans les zones sus citées pour se vendre aux meilleurs offrants.

Les droits de la jeune fille bafoués
Le monde compte aujourd’hui 1,1 milliard de filles. Elles débordent de talents et de créativités, mais leurs rêves et leurs potentiels sont souvent minés par la discrimination, la violence et l’inégalité des chances. C’est justement dans le but de défendre les droits des filles et des adolescentes, le 11 octobre, lors de la Journée internationale des filles que la communauté mondiale se mobilise pour mettre en évidence les inégalités et appuyer les progrès des filles partout dans le monde. L’Unicef exerce une action de sensibilisation à leurs droits pour autonomiser les filles et les femmes et les aider à la réalisation de leur potentiel. Malheureusement ces actions semblent ne pas impacter les poches de la prostitution dans la ville de Parakou. Il urge de faire un état des lieux responsable dans le but d’encadrer le secteur du commerce du sexe à Parakou et au Bénin. Ceci permettra de mieux contenir un phénomène en plein essor et de sauver ces mineures prises au piège du gain facile.
Ulrich ABALO





Dans la même rubrique