Mission de l'Unfpa dans le Borgou : Barbara Laurenceau veut faire des maternités des lieux sûrs

La rédaction 17 septembre 2020

La Représentante Résidente du Fonds des Nations Unies pour la Population (Unfpa), Barbara Laurenceau a effectué lundi 14 et mardi 15 septembre 2020, une mission de terrain dans le département du Borgou. Objectif, célébrer la continuité des soins de santé maternelle et néonatale de qualité dans les maternités malgré le contexte de coronavirus. Ce fut également l’occasion pour elle d’échanger avec les autorités locales sur plusieurs autres questions de développement.

Il faut faire des maternités des lieux sûrs aussi bien aux femmes enceintes qu’aux sage-femmes, ceci malgré l’existence de la pandémie de coronavirus. C’est le principal message qu’a passé la Représentante Résidente du Fonds des Nations Unies pour la Population au Bénin (Unfpa) lors de cette mission de terrain. Mais d’abord, Barbara Laurenceau a débuté sa visite par des civilités au Préfet du Borgou, Djibril Mama Cissé puis au Maire de Parakou, Inoussa Zimé Chabi. Au cœur des échanges avec les deux autorités, les questions de développement telles que l’état civil, l’hygiène et l’assainissement, les grossesses en milieu scolaire etc... Les deux parties ont promis travailler en synergie pour relever les défis qui s’imposent face à ces différentes questions. Mais le sujet dominant a été la célébration de la continuité des soins de santé maternelle et néonatale de qualité dans les maternités. Dans ce cadre, un projet de 9 mois financé par la firme pharmaceutique japonaise "Takeda" a été présentée aux deux autorités. Le projet prend en compte 49 maternités identifiées dans six départements dont le Borgou et vise la pérennité des services de santé maternelle et néonatale en période de pandémie dans les maternités, mais aussi dans les zones à risque et frontalières, où sont attendus pour la période de mise en œuvre, 52.276 accouchements et 5.727 complications potentielles. Pour y arriver, les 49 maternités seront entre autres pourvues en équipements de protection individuelle, de test de dépistage de la covid-19, des produits d’hygiène et des logisticiens dotés de matériels adéquats. Par ailleurs, à travers ce projet, le système de collecte et de référence des maternités est renforcé, les sage-femmes sont formées à l’utilisation mobile de collecte de données, les 49 maternités sont dotées de connexion Internet et les six directions départementales de la santé sont dotées de système de visioconférence. Et un peu comme pour joindre l’acte à la parole, la Représentante Résidente de l’Unfpa accompagnée du Préfet, du Maire et du Directeur départemental de la santé du Borgou, a effectué dans la matinée du mardi 15 septembre 2020, une descente dans la maternité de Tourou dans le premier arrondissement de Parakou. Les kits de protection sont offerts à cette maternité prise en compte par le projet tout comme le Centre Hospitalier Universitaire Départemental du Borgou et de l’Alibori. « Comme vous le savez, il y a une pandémie qui touche le monde, la pandémie de la covid-19, et on commence par observer que certains pouvaient croire que venir accoucher dans un centre de santé pouvait être un danger pour les sage-femmes et pour les mamans. Et c’est ça que nous voulons à tout prix enrayer parce qu’il est indispensable pour une maman d’avoir un suivi prénatal correct afin de venir accoucher avec les soins des spécialistes qui sont ici », a déclaré Barbara Laurenceau lors de la remise de ce don. Tout en remerciant la Représentante de l’Unfpa, les bénéficiaires et les autorités présentes ont promis faire un bon usage des matériels offerts. La délégation de l’Unfpa a ensuite pris la direction de l’Atacora. Toujours pour la même cause, elle sera à Natitingou ce même mardi 15 septembre et à Cobly le mercredi 16 septembre. Précisons que lors de son séjour à Parakou, Barbara Laurenceau a aussi eu une séance de travail avec les responsables de l’Organisation Non Gouvernementale "Guerra Tech Hub", une Ong à but non lucratif ayant pour but la promotion de l’économie numérique.
Jacques DEGBEY





Dans la même rubrique