Mobilité et présence des mineurs dans les couvents du Mono : Enfants et jeunes s’indignent et saisissent le Préfet

Patrice SOKEGBE 29 novembre 2021

Mobilité, traite et présence des enfants dans les couvents. Telles sont les pratiques récurrentes qui piétinent dangereusement les droits des enfants dans le département du Mono. A l’occasion de la 8è étape du relais de plaidoyer organisé par l’Unicef-Bénin dans le cadre de son 75è anniversaire, les enfants et jeunes se sont adressés au préfet du mono, Bienvenu Milohin le 26 Novembre 2021 à la préfecture de Lokossa. Pour Mireille Amankpassa, Porte-parole des enfants du Mono, des centaines d’enfants dont ceux du Mono quittent le Bénin en destination du Nigeria ou autres pays voisins. Leurs parents sont trop pauvres pour payer leur scolarité et sont victimes de fausses promesses, pensant offrir un meilleur avenir à leurs enfants. « En réalité, ces enfants sont confiés à des réseaux dangereux qui les vendent pour exécuter des travaux plus rudes. Des filles très jeunes sont arrachées à leurs familles pour devenir domestiques. Des garçons, eux, se retrouvent à casser des pierres dans des carrières au Nigeria », a-t-elle expliqué tout en condamnant fortement la présence des enfants dans les couvents. Selon elle, « Nos traditions doivent être valorisées, mais ne doivent pas être un prétexte pour violer nos droits…Notre place est à l’école et non dans les couvents ». A ce titre, elle a plaidé, au nom de ses pairs, pour la vulgarisation des textes et pour des contrôles réguliers au niveau des frontières surtout en période de vacances où l’opération semble être plus facile. Aussi, a-t-elle souhaité qu’une sensibilisation soit faite à l’endroit des chefs traditionnels et que des mesures soient renforcées pour ramener ces enfants à l’école.
Du côté des jeunes, le seul et unique défi reste le chômage et le sous-emploi. Dans son message, Ginette Otti, U-Reporter, Porte-Parole des jeunes, a demandé la création des conditions favorables pour leur insertion professionnelle avec les études académiques.
Sensible aux doléances des enfants et jeunes, le Préfet du Mono, Bienvenu Milohin n’a pas caché son état d’âme face à ces pratiques contraires à la loi et qui plombent le développement du Mono. « Pas plus tard qu’hier, nous avons pu récupérer à la frontière d’Hillacondji, des enfants en route pour le Ghana…Ceci pour dire que nous sommes très engagés à décourager ces phénomènes dans notre département », a-t-il martelé. Aussi, Bienvenu Milohin rêve-t-il d’une jeunesse créatrice de richesse et non des esclaves de l’administration.
Au-delà d’un simple plaidoyer, Marion Desmurger, Cheffe de la Communication de l’Unicef-Bénin pense que ce relai permettra de créer une cohésion intergénérationnelle et d’amplifier les messages des enfants et des jeunes en ce qui concerne la protection de leurs droits. Les lettres d’engagements signées par les différents préfets seront officiellement remises à la Vice-présidente de la République.





Dans la même rubrique