Mois du consommons local : Les populations partagées entre le made in Benin et les produits de l’extérieur

La rédaction 14 octobre 2021

Depuis l’année écoulée, octobre est devenu le mois du consommons local. Cette initiative du Ministère de l’Industrie et du Commerce sur recommandation de l’UEMOA vise à valoriser les produits locaux. La seconde édition lancée à Cotonou le vendredi 01 octobre 2021 étant en cours, la rédaction de votre journal a voulu comprendre pourquoi les béninois préfèrent consommer les produits étrangers au détriment de ceux locaux.

« Les choses de chez nous sont chères », « avec les produits importés on est plus beau ». Telles sont les raisons avancées par certaines personnes qui ne consomment pas des produits made in Benin. Malgré la promotion faite autour des différents produits locaux depuis l’an dernier, nombre de béninois rechignent à les consommer. Pour certains, la cherté des produits béninois et les préférences des femmes justifient cette désaffection. « Quoi que nous fassions, nous ne pouvons pas consommer des produits 100% locaux, car ils sont plus chers. Il y a aussi que d’autres produits importés sont meilleurs à ceux fabriqués au Bénin. Moi, je suis partagé entre les deux », a confié Anselme Gbedon. Selon Felix Bah, « les produits made in Benin sont plus chers. Aussi, pour faire plaisir à sa mère ou à sa femme, il faut adopter un style vestimentaire et alimentaire à leur goût sans oublier qu’elles sont les premières à être le reflet de l’occident ». Cet avis est partagé par Antoinette Sériki. « On se sent plus belles avec les produits importés. Lorsque nous optons par exemple pour des tissages naturels, les faux cils, les faux ongles, on se rend compte qu’on est beaucoup plus belle. Lorsqu’on mange aussi du chawarma, cela voudrait dire qu’on suit la tendance », a-t-elle laissé entendre. Pour sa part, El hadj Ibrahim pense que « si nous consommons aujourd’hui des mets qui ne sont pas de chez nous, c’est parce que déjà nos parents se sont laissé faire. C’est parce qu’on les a vu consommer tel ou tel mets que nous le consommons aussi. En ce qui concerne la mode vestimentaire, il faut dire que je me sens beaucoup plus à l’aise avec des tenues qui sont importées ». Si pour certains, il est question de la cherté, la raison avancée par d’autres est la qualité des produits proposés au Bénin et le fait que tout le monde souhaite être à la mode. « Les pagnes ne durent pas longtemps, par contre les jeans et les tee-shirt oui. Il est donc question de la qualité de la matière », a affirmé Samuel Zodougbeho. Quant à Ghislain Dorichamou, « côté vestimentaire, il faut dire que nous voulons être tous à la mode, être dans la tendance alors que le local n’a presque rien à avoir avec la tendance. Je ne vois pas ce que nous proposons sur ce point à part les pagnes tissés. Le reste, c’est de l’exportation et même les pagnes qui nous caractérisent viennent de l’extérieur. En ce qui concerne les plats de chez nous, c’est parce que ce n’est pas souvent bien fait ». « On ne peut pas porter le pagne tissé tout le temps. Il y a des tenues importées qui peuvent être portées pour toutes les occasions. Concernant les nourritures, c’est parce que ce qui se fait ailleurs est toujours mieux comparativement à ce qu’on nous présente chez nous que je préfère les mets occidentaux », a laissé entendre Hermine Tossou. Waheed Agbarakpo a une conception différente. « Je consomme tout ce qui est local, tant que c’est du bon. Style vestimentaire, repas, même pour les distractions. Maintenant il faut voir ce qui se fait de bien ailleurs et faire la sélection ».
Natacha HOUADJETO (Stag.)





Dans la même rubrique