Négociation Gouvernement-Syndicats : Les détails avec le point de la CSA-BENIN

Patrice SOKEGBE 8 septembre 2022

Compte rendu de la session extraordinaire de la commission nationale de concertation de consultation et de négociations collectives présenté par Valéry Houndjetodé de la délégation CSA-BÉNIN


La Commission Nationale de Concertation de Consultation et de Négociations collectives s’est réunie ce jour, jeudi 08 septembre 2022, à l’INFOSEC de Cotonou, sous la présidence effective de Monsieur Abdoulaye BIO TCHANE, Ministre du Développement et de la Coordination de l’Action Gouvernementale dans le cadre de la première session extraordinaire.
Etaient présents
Représentants du Gouvernement :
-  Le Ministre du Développement et de la Coordination de l’Action Gouvernementale, Président de séance
-  Le Ministre du Travail et de la Fonction publique
-  Le Ministre des Finances
-  Le Ministre de l’enseignement Maternel et Primaire
-  Le Ministre de l’enseignement secondaire et de la Formation Professionnelle
-  Le Ministre de la Justice et de la Lé
Représentants des Confédérations syndicales :
-  CSTB : le SG Kassa MAMPO
-  CSA-Bénin : le SGA Richard d’ALMEIDA
-  COSI-Bénin : le SG Noel CHADARE
Ordre du jour :
1- Diligences effectuées dans le cadre de la présentation de la rentrée scolaire et universitaire 2022-2023 ;
2- Questions diverses.
Point des discussions
I- Diligences effectuées dans le cadre de la présentation de la rentrée scolaire et universitaire 2022-2023
La séance a démarré par le discours d’ouverture du Ministre du Développement et de la Coordination de l’Action Gouvernementale, Président de la Commission. Il a dans son intervention rassuré les membres de la Commission sur caractère effectivement extraordinaire de la session en cours avant d’indiquer que la session ordinaire sera convoquée dans les tous prochains jours pour discuter des revendications des Confédérations syndicales.
Dans un première prise de parole les membres de la commission, en l’occurrence les représentants des confédérations syndicales ont déploré le dilatoire qu’observe le gouvernement dans l’organisation des sessions de la Commission Nationale de Concertation de Consultation et de Négociations. Ils ont fait observer qu’une session est ouverte avec un ordre du jour précis dont les discussions ne sont pas réellement tenues et que par-delà, qu’une autre session dite extraordinaire s’ouvre concomitamment pour connaitre d’un autre point, différent du premier. Ils en ont conclu que le dialogue social n’est pas une préoccupation du Gouvernement.
Par la suite, les différents ministres de l’enseignement ont présenté chacun en ce qui le concerne leur feuille de route pour une année scolaire 2022-2023 réussie. Cette présentation s’est largement appesantie sur les mesures prises dans le cadre du recrutement d’enseignants (les AME), le paiement de différents avantages en l’occurrence les primes de rentrée, la mise à disposition à bonne date des actes administratifs, la formations des enseignants et l’organisation des journées pédagogiques, le redéploiements des enseignements, le paiement à bonne date des subventions, la tenue régulière des sessions de dialogue social sectorielle.
De tous les points évoqués, la situation des AME a particulièrement préoccupé les représentants des confédérations syndicales qui ont demandé une plus grande sollicitude afin d’inciter effectivement à la fonction d’enseignant.
En réponse à cette préoccupation, le Président de la commission a indiqué qu’il leur sera octroyé dans le cadre de rentrée, une avance d’un mois de salaire qui sera remboursé à partir du mois de janvier 2023. Les autres préoccupations liées à leur condition seront discutées dans le cadre général du dialogue social.
En ce qui concerne les primes de rentrée et de journée pédagogique, toutes les dispositions sont prises pour leur paiement à bonne date, dans les cas où elles ne sont pas encore payées.
II- Divers
Plusieurs points de divers ont été abordés. Il s’agit essentiellement de :
-  La revalorisation des salaires à 1.25 à l’ensemble travailleurs qui a exclu les enseignants du supérieur. A ce niveau, le Ministre du Travail et de la Fonction Publique a fait savoir que ces travailleurs ont bénéficié déjà d’une revalorisation plus importante, ce qui a d’ailleurs induit la généralisation de la mesure ;
-  La condamnation du Bénin par le BIT relativement à la législation sur le droit de grève et les injonctions faites au Bénin de relire sa législation : le gouvernement a indiqué qu’il n’est pas informé de cette décision ;
-  La disparité des avancements des enseignants de même catégorie, cette situation si elle est effective sera corrigée ;
-  La situation des agents contractuels non encore reversés : le Chef de l’Etat a demandé que toutes les situations encore pendante soient définitivement réglées
-  Un plaidoyer a été adressé au gouvernement au sujet des enseignants radiés pour défaut de participation à l’évaluation ;
Enfin le Président de la Commission a pour clôturer, rassuré qu’une nouvelle session sera ouverte dans les tous prochains jours. Cette session se penchera sur les questions en suspens en l’occurrence la revalorisation des salaires.





Dans la même rubrique