Noël Chadaré, SG/Cosi-Bénin : « Nous l’avons réclamé…Il faut saluer cette décision à sa juste valeur ».

Patrice SOKEGBE 12 mai 2022

Le Conseil des ministres a procédé hier à l’adoption des décrets relatifs au siège des trois confédérations syndicales de travailleurs représentatives et des deux organisations d’employeurs au sein des instances nationales bipartites et tripartites de consultation. Quelle appréciation faites-vous de cette décision ?
Nous éprouvons un sentiment de satisfaction. Nous avons fait les élections professionnelles depuis plus d’un an. Lorsqu’on a donné les résultats, on a constaté, à l’exception de la commission tripartite (Commission nationale permanente de négociation Gouvernement - Centrales syndicales et Organisations patronales), que les autres commissions fonctionnaient comme si on n’avait pas fait d’élections professionnelles. Et nous avons réclamé les arrêtés qui devraient permettre aux organisations syndicales représentatives de siéger dans les fora de représentativité. On ne sait pour quelle raison, mais ces arrêtés sont restés gelés. Les choses se passaient comme si les élections professionnelles n’ont jamais eu lieu, et qu’on fonctionnait selon la 2ème élection professionnelle de 2006. Ce qui est une aberration, une anomalie. Donc, à la dernière rencontre avec le Chef de l’Etat, nous sommes revenus sur la question. Nous avons dit qu’on ne peut pas faire les élections et ne pas jouir des résultats de ces élections. Ceux qui ont gagné les élections doivent être représentatifs des travailleurs dans tous les secteurs au plan national où il y a un dialogue social bipartite ou tripartite.
Le Chef de l’Etat a répondu à notre requête et demandé à sa ministre de la fonction publique qui a promis que les choses iront vite avant Juin. Et cela a été fait. Il faut donc apprécier cette décision du Gouvernement à sa juste valeur. Ce qui a été décidé en Conseil des ministres clarifie la situation. Et on doit comprendre maintenant qu’aux comités administratifs paritaires sectoriels, ne doivent siéger que les 3 organisations syndicales. Les arrêtés d’application doivent être signés. On n’a pas entendu un mot sur le Conseil économique et social. Mais dans l’ensemble, on a vu que l’essentiel est fait.
Mais nous ne devons pas être dans une position de triomphateurs. Les choses sont rentrées dans l’ordre. Le Gouvernement a fait un pas dans la bonne direction. Et nous représentons tous les travailleurs. Ce ne sont pas les travailleurs de la CSA, ni de la CSTB, ni de la COSI-Bénin. Ce sont les travailleurs du Bénin qui nous ont délégué ce mandat de représentativité. Nous devons alors faire le maximum pour que leurs conditions de vie soient améliorées.
Nous ne devons pas ignorer les autres organisations syndicales qui ne sont pas représentatives. Nous avons aussi besoin de tenir compte d’eux. On va continuer de travailler avec eux. Nous avons un cadre de 6 organisations syndicales. Nous allons discuter avec elles. Un pont va toujours demeurer entre elles et nous. Nous allons recueillir leurs avis avant d’aller aux négociations. A partir de cette décision, nous prenons la mesure de notre responsabilité.

La durée de la représentation au sein des instances qui est désormais harmonisée et fixée à 5 ans. Mais les organisations syndicales s’étaient habituées à une représentation de 3 ans. Cette décision vous arrange-t-elle ?
C’est une façon de niveler partout. Car à la CNSS, au CES et autres, la représentation est de 3 ans. C’est donc une bonne manière de niveler pour qu’on sache que c’est désormais 5 ans pour tout le monde. On a arrimé le mandat dans ces foras de représentativité avec le mandat de la représentativité des organisations syndicales. Celles-ci ont une représentativité de 5 ans. C’est tout à fait normal que cela soit fait ainsi. C’est bien pensé.





Dans la même rubrique