Obtention des plaques d’immatriculation : Une réforme à parfaire

Arnaud DOUMANHOUN 17 mai 2021

Ce qui devrait être une formalité ! Une gigantesque opération de répression qui n’aura duré que l’instant d’un feu de paille. La police républicaine a fait ses valises contre toute attente, au soir de la journée du 15 mai, annoncée à grand tambours comme celle de la discipline à tout vent, voire une vengeance sur de présumés citoyens indélicats. « Lorsqu’on vous prend pour défaut technique c’est 10 mille francs Cfa. Chaque fois qu’on vous attrape téléphone au volant, on vous oblige à payer 20 mille. Pour la visite technique : 20 mille, non-respect de couloir de circulation, c’est 5 mille francs à chaque arrestation. Le chargement hors gabarit, c’est 15 mille seulement que vous payez » et le ton monte davantage en ce qui concerne les motos sans plaque d’immatriculation. Il faut « finir avec cette pagaille. On a assez dit aux gens, allez récupérer vos plaques. C’est fini cette comédie. Il faut qu’à un moment donné, on puisse taper du poing sur la table pour dire aux gens d’arrêter », a déclaré sur Radio Bénin, le porte-parole de la Police Républicaine Roger Tawès.
Curieusement, le rétropédalage fut au même rythme que l’énergie débordante qui avait annoncé la répression. Cette fois-ci aucun communiqué officiel portant la signature de la Police républicaine. Mais la véritable question reste de savoir pourquoi des dizaines de plaques d’immatriculation trainent à l’Agence nationale des transports terrestres (Anatt).
Pourquoi la délivrance des plaques n’est pas automatique à l’achat des motos ? Si le vent de la dématérialisation des actes dans plusieurs secteurs d’activité facilite la vie aux usagers, même dans un secteur aussi délicat que la justice, l’on devrait au-delà de l’incivisme indexé, améliorer les réflexions en ce qui concerne la délivrance des plaques d’immatriculation. Telle qu’elle était partie, avec des plaques à l’achat des engins à deux roues, de façon progressive les anciennes motos sans plaque devraient disparaître de la circulation à défaut de se conformer. D’ailleurs, ils seraient les seuls bénéficiaires de moratoire ou d’accompagnement notamment en ce qui concerne les réductions des frais. Mais si en plus des anciennes motos achetées avant la mise en œuvre de la réforme, la délivrance des plaques donnent lieu à des procédures spéciales, la répression aura de beaux de jours devant elle.





Dans la même rubrique