Octroi du microcrédit Alafia aux femmes : Des dysfonctionnements constatés, le gouvernement tape du poing sur la table

22 décembre 2022

La gestion de l’octroi du microcrédit Alafia par les responsables des Systèmes financiers décentralisés (SFD) a connu des irrégularités notamment dans le septentrion du pays. Une situation face à laquelle la réaction du gouvernement à travers la ministre en charge de la microfinance ne s’est pas fait attendre en vue d’un immédiat rappel à l’ordre.

Le gouvernement n’entend pas prendre à la légère les actions susceptibles de compromettre les réformes qu’il engage au profit des populations. Dans le social, en l’occurrence en ce qui concerne les opérations d’octroi du microcrédit Alafia, la dynamique reste la même. La séance d’échanges qu’a eue Véronique Tognifodé, ministre des affaires sociales et de la microfinance la semaine écoulée à Natitingou avec les responsables des Systèmes financiers décentralisés (SFD), partenaires du Fonds national de la microfinance (FNM) des 4 départements du Nord en est la substance. L’autorité ministérielle n’a pas eu la langue de bois pour faire savoir les plaintes des concitoyens et demander de revoir le dispositif pour se conformer à la vision sociale du gouvernement. Il s’agit des plaintes relatives à la lenteur dans l’octroi des crédits y compris des cas de discrimination qui ont été également enregistrés. En effet, il est parvenu à l’autorité que des femmes se plaignent de ne pas être satisfaites à temps, pour des raisons qu’elles ignorent. Dans la même veine, les statistiques enregistrées au niveau du Fonds national de la microfinance montrent que dans certaines localités, les taux de décaissement, bien qu’importants, ne correspondent pas aux prévisions de l’État en termes de besoins de la population cible. La ministre Véronique Tognifodé a donc invité les SFD à plus de célérité dans les opérations d’octroi du microcrédit Alafia afin que les mesures d’assouplissement mises en place par le gouvernement pour faciliter l’accès des populations aux opérations soient maintenues. « En mettant en place le microcrédit Alafia, le gouvernement est dans une stratégie de réduction du taux de pauvreté au Bénin que vous ne semblez pas vouloir accompagner… », s’en est désolée Véronique Tognifodé. Bien que le produit Alafia 2 de 100.000f soit mis à disposition depuis 6 mois, les taux de décaissements demeurent faibles dans ces 4 départements concernés. La réaction de la ministre est venue à point nommé lorsqu’elle a rappelé que le microcrédit Alafia est destiné aux personnes qui en remplissent les conditions et qu’il ne doit pas y avoir de discrimination, quels que soient le sexe et le bord politique des bénéficiaires. « Le handicap ne doit pas être non plus un facteur de discrimination », a-t-elle indiqué dans la même optique. En tapant ainsi du poing sur la table, c’est tous les SFD, partenaires du FNM que l’autorité somme afin qu’ils améliorent leur mécanisme de déploiement dans toutes les localités. C’est un taux de pénétration et de recouvrement consistant qui est ainsi visé.
Fidégnon HOUEDOHOUN





Dans la même rubrique