Ouverture officielle de la saison 2023 de Laboratorio Arts Contemporains : Sous le signe du partage à travers une soirée récréative

Moïse DOSSOUMOU 18 janvier 2023


Un lancement riche en couleurs et en sons. Pour donner le top de la saison 2023, Laboratorio Arts Contemporains est sorti du classique pour proposer un programme de découverte et de divertissement avec un menu attrayant. Vendredi dernier, l’espace Bambou numérique sis dans la rue de la nonciature à Cotonou a abrité un mini spectacle assuré de main de maître par des artistes talentueux. Quatre au total, un écrivain, un slameur du Vodoun, un violoniste et un chanteur ont égayé le public de leurs prestations. C’est de cette façon que les responsables de Laboratorio Arts Contemporains ont choisi d’inaugurer la saison 2023 qui démarre ainsi sous de bons auspices.
Selon Lilly Houngnihin, directrice exécutive de Laboratorio Arts contemporains, elle va s’articuler autour de trois composantes principales. « La première, c’est un incubateur d’entreprises créatives que nous déployons sur le territoire de Ouidah depuis 2020. Nous avons lancé le recrutement de la deuxième cohorte des entreprises en pépinière dans cet incubateur, ceux qui ont des projets d’entreprise culturelle, nous les aidons à les formaliser et à les structurer et il y a tout le réseau international de Laboratorio Arts contemporains qui est mis à la disposition de ces porteurs de projets », a-t-elle souligné.
Le deuxième axe consiste à approfondir le dialogue lancé en Europe pour les Afropéens, les Afro-américains et Afro-caraïbéens. Il s’agit d’un travail de fond qui a commencé lors de la dernière édition de la biennale de Ouidah et qui sera approfondi avec un dialogue en création. Il y aura donc des créations in situ dont 50% de la programmation de la prochaine biennale prévue pour août 2024 sera tirée. Cette composante concerne 12 bourses de résidence, 6 ont déjà été accordées et les appels à proposition sont encore en ligne sur les réseaux sociaux et les sites internet de Laboratorio Arts contemporains. Les artistes sont ainsi invités à postuler s’ils ont envie de rentrer dans ce programme de résidence.
« Notre troisième axe, c’est la recherche scientifique. Cela nous tient à cœur de constituer ici des référents précis et clairs sur les travaux de recherche qui concernent notre identité. C’est inadmissible que pour parler du Vodoun, on n’ait pas les sachants et les chercheurs béninois. Nous avons un budget mis à la disposition de la communauté universitaire. Nous avons eu plusieurs ateliers thématiques tout au long de l’année 2022 et on va continuer en 2023. Il y a une revue scientifique qui va être financée et qui va collecter tous les travaux de recherche qui concernent les arts et culture Vodoun pour les cristalliser dans un document homologué par la communauté scientifique. Une deuxième revue est en cours d’édition et va concerner les travaux artistiques qui ne répondent pas forcément à des normes académiques mais qui nous semblent pertinents pour la promotion et la revalorisation des arts et culture Vodoun », a précisé Lilly Houngnihin.
Tous ces travaux entrent en ligne de compte de la prochaine édition de la biennale de Ouidah qui se tiendra du 5 au 16 août 2024.





Dans la même rubrique