Paul Essè Iko, Sg des retraités : « Yayi ne peut pas dire qu’il a satisfait à toutes nos revendications »

La rédaction 20 octobre 2020

Nous avons lutté longtemps, quand on était en activité avec la présence du Dr Thomas Boni Yayi. Et nous avons estimé qu’on devrait avoir 1.25 et il a été accordé. Mais Yayi Boni n’a pas pu nous payer ça avant de partir. Et donc, les enseignants retraités, ont créé leurs syndicats et se sont mis à lutter pour obtenir tous ces arriérés-là. Il n’y a pas que ces arriérés. Il y a beaucoup d’autres arriérés qu’on nous doit. Des gens devraient atteindre un certain grade, mais ils n’y sont pas, parce que le gouvernement béninois, n’a pas pu leur accorder cela. Or, c’est un droit, une revendication. Lorsque le gouvernement de Patrice Talon est arrivé, nous l’avons rencontré à maintes reprises. Nous avons rencontré le ministre des finances, et il était prêt à ce qu’on satisfasse cette revendication concernant l’arriéré des 1.25. Mais entre temps, on nous l’a promis. Et malheureusement, il y a eu la Covid-19. Donc, voilà là où nous en sommes. Et c’est pour cela que nous continuons d’exiger qu’on nous paie les arriérés de 2016.
On retient que l’Etat vous devait vraiment de l’argent. Le Chef de l’Etat a dit au cours de sa rencontre qu’il a eue avec les syndicalistes qu’il a commencé à purger ces dettes-là. Est-ce que vous ou vos collègues constatez çà sur votre fiche de paie ?
Oui. L’indice 1.25, le gouvernement de Talon a purgé une partie. Et nous espérons la seconde partie avant de mettre sur la table les autres revendications.
Après la réunion de vendredi dernier, il y a eu une polémique qui est née dans le pays. Vous avez connaissance de la polémique ? C’est-à-dire que Boni Yayi et son ministre disent qu’il n’y a pas d’arriérés, qu’il n’y a pas de dettes à l’égard des travailleurs.
Non jamais. Ils ne peuvent pas le dire. Moi je suis président. Moi je suis un acteur principal du temps où Yayi Boni était resté à la tête de l’Etat. Et nous avons mené beaucoup de grèves, de marches avant qu’il nous accorde l’indice 1.25. Il ne peut pas dire qu’il a tout payé. Il lui reste les arriérés. Il ne peut pas dire qu’il a satisfait à toutes nos revendications. La preuve est qu’il y a des retraités qui meurent maintenant sans leurs droits. Il y a des retraités qui sont des grabataires, qui souffrent, qui ont des maladies et qui veulent avoir au moins ce minimum pour s’acheter des médicaments, pour prolonger au moins leur vie et ils ne l’ont pas eu. C’est pour cela que nous avons détecté les arriérés que l’Etat nous doit. Patrice Talon est arrivé et bien l’Etat est une continuité. Si l’Etat est une continuité, Patrice Talon doit nous payer les arriérés que Yayi nous doit.
Pas Yayi mais l’Etat béninois
Il aurait pu ordonner de nous payer. Il a fauté, parce qu’on ne nous a pas payé.
On ne vas pas passer au tribunal Monsieur Essè Iko
L’argent de l’Etat du temps de Yayi Boni a fait d’autres choses que de nous payer nos arriérées.





Dans la même rubrique