Pluies diluviennes à Cotonou : Le quartier Agla sous l’eau

21 septembre 2022

La journée du lundi 19 septembre a été fortement marquée par une pluie intense qui a entraîné l’inondation dans plusieurs quartiers. Certaines ruelles du quartier Agla en ont fait les frais.

La forte pluie qui s’est abattue sur la ville de Cotonou n’a laissé aucun quartier sans dégâts. Il est 09 heures. A l’entrée de la ruelle ‘’zéro souci’’ à Agla, l’on aperçoit une flaque d’eau qui s’étend sur une longue distance. Difficile pour les piétons, les motocyclistes et même les conducteurs de véhicule à quatre roues de circuler librement. Les conducteurs qui se croyaient plus malins ont vu leurs motos s’éteindre en plein milieu de l’eau. Pour les piétons, la traversée était périlleuse, ils se retrouvaient pris au piège avec l’eau qui arrivait au-dessus de leurs genoux. Entre débrouillardise et prise de risque les usagers de cette rue n’étaient pas au bout de leurs peines. Pendant ce temps, des enfants insouciants choisissent aussi de s’aventurer dans l’eau pour rejoindre l’autre bout de la rue. Les vendeuses quant à elles, sont obligées de changer d’emplacement pour exercer leur activité. Cet état de choses rend impraticable la voie au grand désarroi des conducteurs de taxis-motos qui racontent leur infortune. Pour Arnaud, un conducteur de taxi moto, l’eau représente un danger pour sa moto. « Je n’aime pas prendre cette voie parce que souvent, quand il pleut, l’eau s’insère dans le moteur, la bougie de la moto aussi y est sensible », a-t-il soutenu. Un peu plus loin, au niveau de la ruelle menant au Ceg Entente, l’on aperçoit un camion stationné dans une grosse marre d’eau. A côté, Luc, mécanicien est occupé à réparer des voitures à sa disposition. Il se dit perturbé par la proportion que prend l’eau. A l’en croire, la présence de l’eau l’empêche de recevoir plus de clients parce qu’il ne dispose plus d’assez d’espace. Les habitants des maisons inondées sont comme condamnés à l’intérieur. Pas moyen de sortir sans y mettre les pieds. Certains élèves du Collège d’Enseignement Général ‘’Entente’’ sont contraints d’emprunter ce chemin pour se rendre au cours. 10 heures 15, les élèves se précipitent pour sortir de l’école afin de se rendre dans les différents coins de vente en place. A quelques mètres, on peut entendre certains se plaindre. « C’est vraiment frustrant de devoir retirer mes chaussures pour passer ici, après ça, mes pieds sont sales et mouillés », déclare un apprenant. Ses camarades semblent partager ses inquiétudes. Toujours dans la même zone, précisément dans la rue Filao, une vendeuse qui transporte sur la tête un plateau d’orange a failli renverser sa marchandise dans l’eau. La francisée de la flaque n’offre pas toujours des garanties d’équilibre.
Dexter DOVONOU & Withney YATAKPO (stags)





Dans la même rubrique