Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Point de presse du Comité technique de pilotage : « Le Ravip n’est pas une liste électorale »

JPEG - 262.3 ko

Il n’y a pas de raisons de croire à une intrigue politique autour d’une opération qui se veut purement technique et administrative. D’ailleurs, la dénomination, « Recensement administratif initial à vocation d’identification de la population (Ravip) », en dit long. Cependant, pour lever toute équivoque, les membres du Comité technique de pilotage sont montés hier au créneau pour expliquer aux hommes des médias, les tenants et aboutissants du Ravip et freiner les élans d’intoxication. « Le Ravip n’est pas une opération électorale. Il vise à doter chaque citoyen d’un numéro personnel d’identification sur la base duquel il pourra obtenir une carte d’identité nationale électronique aux multiples fonctions. Ce numéro figurera sur tous les actes officiels qui l’identifient au sein de la société », a souligné Jean-Claude Ahouanvoebla, Coordonnateur du Comité technique de Pilotage, au cours d’un point de presse donné hier. L’outil permettra donc de planifier de façon équilibrée le développement et de mettre fin aux tracasseries administratives auxquelles sont soumises les populations à la quête de la carte d’identité, du casier judiciaire, ou du passeport.

Le Ravip : le sésame qu’il fallait
L’équivoque levée, le Comité technique de pilotage et l’Agence nationale de Traitement ont apporté des clarifications sur l’importance du Ravip, son ancrage institutionnel et les mécanismes mis en place pour la réussite du recensement. Selon les conférenciers, contrairement à la Liste électorale permanente informatisée (Lépi), le Ravip se veut un outil administratif qui permettra de régler définitivement la situation des citoyens sans acte de naissance, et donc favoriser la mise en place d’un état-civil fiable et moderne. Il est régit par la loi 2017-08 portant identification des personnes physiques promulguée le 19 juin 2017. C’est l’Agence nationale de Traitement (Ant) qui est au cours de cette phase, l’opérateur technique. A ses côtés, intervient un opérateur technologique ayant des références internationales avérées, Safran, sous l’égide du Comité technique de pilotage (Ctp) qui assure la préparation et le suivi technique. « Des bornes d’enregistrement seront positionnées sur l’ensemble du territoire national sur la période déterminée pour l’enregistrement. Pour les personnes déjà enregistrées au titre du fichier électoral, il suffira de corriger au besoin et de compléter les éléments d’identification nécessaires. L’enregistrement concerne toutes les personnes physiques de tous les âges. La capture des empreintes digitales ne se fera que pour les personnes âgées d’au moins 5 ans », a expliqué Jean-Claude Ahouanvoebla.

Tout est fin prêt
Au total, 1500 kits de recensement seront déployés dans 546 arrondissements pour couvrir 2162 zones de collecte. L’identification des sites de collecte et de répartition des kits a été faite dans une démarche participative avec les élus locaux. Rien ne saurait faire obstacle au démarrage effectif du Ravip le 1er novembre prochain, si l’on s’en tient au point des préparatifs fait par les conférenciers. Des autorisations auprès de la Cnil à la réalisation des travaux de codification et d’homologation des unités administratives pour transmission de la base de données à l’opérateur Safran, aucun point n’a été occulté. Les formations des agents vont démarrer dans quelques jours sur toute l’étendue du territoire national. Des plaidoyers sont en cours auprès des acteurs politiques et des leaders religieux. Le temps est à la mobilisation de tous les acteurs pour la mise en place d’un Registre national de Population.
Fulbert ADJIMEHOSSOU

19-10-2017, La rédaction


CHRONIQUES

En vérité : Semaine décisive pour les candidats
18-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Pour eux, c’est la délivrance. Pendant que plusieurs candidats attendus aux prochaines élections législatives ne savent pas à quel saint se vouer (...) Lire  

En vérité : Sourire XXL chez les fonctionnaires
14-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Au secours de l’état civil (...)
14-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
CHAMBRE DE PASSE : ON PASSE OU PAS ?
14-02-2019, La rédaction
chronique culturelle : Retour à l’écriture
14-02-2019, La rédaction
En vérité : L’article 242 selon la Cena
13-02-2019, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Drame, larmes et après ?
18-02-2019, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2880

Comè / Lutte contre la criminalité faunique : 2 présumés trafiquants (...)
18-02-2019, La rédaction
Le gouvernement du Bénin fait de la lutte contre la criminalité faunique son cheval de bataille pour la protection (...)  

Naufrage d’une barque sur le fleuve Niger : L’Anpc vole au secours (...)
18-02-2019, Adrien TCHOMAKOU
Du soutien, les rescapés du naufrage survenu, il y a quelques jours, sur le fleuve Niger à Karimama en ont reçu de la (...)  

Commune d’Abomey-Calavi : Un fétiche Tolègba prend feu à Godomey, (...)
18-02-2019, Fulbert ADJIMEHOSSOU
Le fétiche Tolègba situé au milieu de la rue à Godomey Denou, en face de l’église céleste en direction du Ceg Godomey a (...)  

Protection des obtentions végétales et des droits des agriculteurs (...)
18-02-2019, Isac A. YAÏ
Les organisations de la société civile réunies au sein de la Convergence globale des luttes pour la terre et l’eau (...)