Polémique sur la participation de personnes handicapées aux concours : « Il faut qu’on nous laisse composer comme les autres », dixit Nassirou Domingo

Fulbert ADJIMEHOSSOU 24 août 2020

Les conséquences du coronavirus ne sont pas que sanitaires et économiques. La crise ne fait qu’accentuer les inégalités. Mais au-delà, la participation des personnes handicapées aux concours d’entrée dans la fonction publique reste encore problématique. Nassirou Domingo, Président de la Fédération des associations de personnes handicapées du Bénin (Faphb) plaide pour plus d’attention à l’endroit de ces couches vulnérables.

Comment les personnes handicapées vivent-elles la période de pandémie au Bénin ?
La période est plus difficile aux personnes handicapées qu’aux autres. Je donne le cas de la couche des personnes handicapées qui mendient qui n’ont pas pu joindre les deux bouts. Pour les artisans handicapés qui vivent de leur quotidien, c’est la catastrophe car leur revenu dépend des personnes qui font des commandes. Dans le domaine des transports les prix ont augmenté et ces personnes n’arrivent pas à se déplacer. Les dispositifs de lavage des mains ne sont pas adaptés à toutes les personnes handicapées. Beaucoup n’arrivent pas à s’acheter des bavettes et du gel. En un mot les personnes handicapées sont plus exposées à la pandémie.

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez le plus ?
La méconnaissance des droits spécifiques aux personnes handicapées. Quand je parle de la méconnaissance des droits des personnes handicapées le contenu est très large c’est l’ensemble des droits de l’homme. Le droit à l’éducation, à la formation, le droit à l’emploi, aux loisirs, au sport, le droit de vivre, le droit d’accès à la justice...

Le Gouvernement a lancé ces dernières semaines des concours. Vous dénoncez une discrimination. Pourquoi ?
Figurez-vous que les personnes handicapées ont bravé vents et marées pour obtenir les mêmes diplômes que les non Handicapés pendant le même cursus scolaire et qu’il y a un concours dont on exclut tous ces diplômés ! Trouvez-vous que c’est normal qu’un pays qui a ratifié la convention relative aux droits des personnes handicapées et dont le chef de l’État a promulgué la loi portant Protection et promotion des droits des personnes handicapées se permette de continuer à agir de la sorte ? Non nous ne voulons pas une faveur mais qu’on nous laisse composer comme tout le monde au différents concours, ce n’est que justice et équité.

Avez-vous l’impression que la loi n° 2017-06 du 13 avril 2017 peine à changer la situation des personnes handicapées ?
Elle changera la situation si les autorités sont prêtes à la respecter et à l’appliquer effectivement, si elles ne font pas preuve de désert de compétences. Nous ne sommes pas en train de demander un quota. Qu’on nous laisse composer comme les autres en rendant accessibles les épreuves aux différents types de Handicap.

Quelles sont vos doléances ?
Que de pareils communiqués soient définitivement supprimés des communiqués de recrutement. Que notre État à l’heure des objectifs de développement durable respecte le slogan ‘’ne laisser personnes de côté’’.
Propos recueillis par Fulbert ADJIMEHOSSOU





Dans la même rubrique