Polygamie dans les familles musulmanes : Complicité et harmonie chez les enfants malgré tout

La rédaction 18 août 2020

L’éducation des enfants dépend de leurs conditions de vie. Ainsi, les enfants issus d’un foyer polygame ont plus ou moins une éducation différente. Malgré les difficultés de la vie polygamique, il y a des enfants qui arrivent à être complices et à se rapprocher.

Vivre dans une famille polygame n’est pas une partie de plaisir. Mais, les enfants issus des familles musulmanes y trouvent de l’harmonie. Dans les zones fortement islamisées, la polygamie est un phénomène récurrent. Un homme est autorisé à avoir plusieurs épouses selon ses capacités (non-obligatoires). Au cas où l’homme se marie à deux ou plusieurs femmes, il a l’obligation d’être équitable à l’endroit de celles-ci ainsi que ses enfants. Généralement, les femmes vivent ensemble dans la même maison construite par le père. Ce vivre-ensemble est bien perçu par la plupart des femmes musulmanes, car dès le bas âge, elles ont reçu des valeurs propres à ce concept. Ayant grandi dans la polygamie, elles n’ont plus du mal à s’adapter. A ce sujet, Latifa Soumana affirme : « Je suis à ma 8ème année de vie conjugale. Mon mari à 3 femmes dont je suis la 2ème. J’ai 3 enfants, mais mon plus grand bonheur est que je vis une vie heureuse dans mon foyer polygame. Mes enfants ne se sentent pas à l’écart des autres et mes coépouses les ont adoptés. Les enfants s’entendent bien et généralement quand je veux sortir, je confie les miens à leurs sœurs pour s’en occuper, car le dernier n’a que 2 ans. Je ne dirai pas qu’il n’y a pas de malentendu entre mes coépouses et moi. Mais on se comprend parce que rien ne nécessite une prise de tête inutile ». Les enfants ayant vécu et grandi ensemble sont donc habitués l’un à l’autre.

Manger et se divertir ensemble, signe d’union
Dans les familles musulmanes, les enfants se regroupent autour d’un même plat pour manger dans une atmosphère joyeuse et conviviale. Les enfants malgré les accroches entre les mères, restent solidaires et ne s’y impliquent pas. Étant donné le nombre d’enfants, ils se divertissent entre eux en s’adonnant à des jeux qui les rapprochent encore plus. « En 10 ans de ménage, Dieu ne m’a pas permis d’avoir un enfant mais je considère les enfants de mon mari comme mes propres enfants. Mon mari à 2 enfants d’une précédente union qui ne tient plus. C’est moi qui garde ses enfants et ma seconde en a 3 ce qui fait au total 5 enfants. Je n’ai jamais eu d’enfant mais je ne peux décrire l’émotion qui m’amine quand je vois les enfants s’amusant ensemble et se regroupant autour d’un même plat pour manger », confie Souweybath Zakari, femme issue d’une famille musulmane. Au cours des fêtes religieuses où des fêtes de famille, le père achète souvent les mêmes vertements pour les enfants, ce qui fait leur joie étant beaux et contents dans leurs habits de fête. Parfois, ce phénomène d’entente suscite la curiosité de quelques personnes qui sont étonnés de voir la complicité qui existe entre les enfants. Il leur arrive de se poser la question de savoir s’ils sont réellement de mères différentes car pour eux, c’est inconcevable de vivre en polygamie et à plus forte raison, inculquer la notion de comment vivre en harmonie dans de telles conditions. Ce qu’ils ignorent est que c’est une lourde responsabilité qui pèse sur les parents mais surtout sur le père. Si le père montre une fois à l’un des enfants de sa femme qu’il lui porte plus d’intérêt, cela engendrera immédiatement des discordes entre les enfants ainsi que les femmes. Aussi, gérer un nombre de personnes nécessite une lourde charge pour le père de famille. La difficulté de cohabitation pose problème pour d’autres femmes à cause de leur jalousie maladive. Parfois, les humeurs et les caractères de l’une ne correspondent pas à ceux de l’autre. Il faut donc retenir que la notion de stabilité dans une famille polygame nécessite une bonne gestion et une parfaite organisation. Ainsi, les enfants n’ont plus de mal à s’intégrer en société.
Falilathou ABDOULAYE (Stag)





Dans la même rubrique