Prévenir de nouveaux cas de la Covid-19 à l’hémicycle : Dépistage et désinfection avant tout

Angelo DOSSOUMOU 16 juin 2020

Cela va de soi et les informations les plus crédibles le confirment. Après le décès dû au coronavirus d’un des leurs qui d’ailleurs était présent à la dernière séance plénière qui a sanctionné le vote de la loi interprétative du Code électoral, les députés de la 8ème législature et le personnel de l’Assemblée nationale sont appelés à se soumettre à un dépistage. C’est même d’après les indiscrétions, une question d’heure. Car, pour éviter toute propagation de la Covid-19, cela s’avère indispensable. Aussi, avant tous travaux, le Palais des gouverneurs doit être entièrement désinfecté. Si jusqu’ici, l’agenda de ces opérations capitales est tenu secret, il n’en demeure pas moins que les dispositions sont prises pour qu’il en soit ainsi. Etant donné qu’avec ce virus, la moindre erreur est fatale, on peut compter sur le sens de responsabilité de la représentation nationale et du personnel de l’Assemblée nationale pour sacrifier à ce dépistage et barrer la route à sa propagation.
Mais avant, il est à signaler que si un député en est arrivé à se faire contaminer et en a trépassé, il faut clairement comprendre que les ravages de la Covid-19, c’est du sérieux et ce n’est pas une affaire de riche ou de pauvre. D’où pour éviter d’être une des victimes de la pandémie, les gestes barrières quel que soit l’endroit doivent être systématiques. D’ailleurs, si les députés et le personnel administratif du parlement sont actuellement contraints de se faire dépister, ce n’est pas faute de mesures préventives. Pourtant, le virus a pu se frayer un chemin. C’est dire que lors du dernier passage du regretté député à l’Assemblée nationale, en l’absence des gestes barrières de ses collègues et de lui-même, la moisson des cas de contamination risque d’être salée. Espérons tout simplement que ce n’est pas le cas et qu’à l’avenir, partout, chaque Béninois en tire leçon.





Dans la même rubrique