Promotion de la télévision numérique : Seeafrika, la compétence africaine met le continent en orbite

Isac A. YAÏ 20 février 2015

L’Afrique dispose désormais d’un bouquet panafricain pensé et conçu par des Africains. Seeafrika, ainsi est dénommé ce premier bouquet lancé hier dans les locaux de Azalaï hôtel de la plage.

Seeafrika, premier bouquet panafricain conçu par des Africains est officiellement lancé. Pensé pour sortir l’Afrique de son isolement et lui redonner une nouvelle image, ce bouquet a été mis sur orbite hier dans les locaux de Azalaï hôtel de la plage avec la bénédiction des ministres de la communication, Jean Dansou Gbéto ; de la culture, Jean-Michel Abimbola et de son promoteur, Issa Salifou. Ainsi, de Niamey (Niger) à Paris (France), de Cotonou (Bénin) à Montréal (Canada), de Lagos (Nigeria) à New York (Etats-Unis), d’Accra (Ghana) à Londres (Angleterre), de Kinshasa (Congo démocratique) à Bruxelles (Belgique)… Seeafrika met désormais en contact l’Afrique et sa diaspora d’une part et donne de la visibilité à la culture africaine de part le monde d’autre part. « Le bouquet Seeafrika a pour mission, dans un premier temps de couvrir l’Afrique francophone (21 pays et 205 millions d’habitants) ainsi que le Nigeria (180 millions d’habitants) via le satellite Eutelsat et de commercialiser une offre compétitive comprenant 10 chaînes africaines, 15 chaînes internationales et 50 chaînes africaines gratuites », a expliqué Jean-Jacques Sylvestre, Directeur général adjoint de Canal3 monde. A l’en croire, c’est quelque chose qui n’a jamais été fait par les Africains.

Chantal Ahyi, Directrice générale de Canal Holding remettant le premier décodeur Seeafrika à Jean Gbéto, ministre de la communication

Seeafrika est donc conçu pour les Africains n’ayant pas assez de moyens mais qui veulent avoir accès aux technologies. A en croire Amadine Agonsanou, responsable commercial, les décodeurs Seeafrika seront commercialisés dès la première quinzaine du mois de mars dans trois pays africains pour le moment : Le Bénin, le Burkina-Faso et le Niger. « Seeafrika fait deux offres : le bouquet Standard composé de 10 chaînes plus 50 chaînes gratuite est à 2500 f/mois et le bouquet intégral composé de 16 chaînes plus 50 chaînes gratuites. Seeafrika offre une gamme variée de chaînes nationales et internationales, de contenus riches et diversifiés. Les passionnés de sports, musique, dessins animés, analyse politique et économique, voyage ou religion… s’y retrouveront aisément », a-t-elle expliqué. Ainsi, grâce au bouquet Seeafrika, la diaspora africaine sera en contact permanent avec le continent. « Le principal vecteur de ce lien passe par la communication avec un outil majeur : la télévision. Seeafrika se veut être une passerelle tisseuse de liens entre la diaspora et les réalités sociales, économiques, politiques de leur terre d’origine. « Le fait de connecter la diaspora africaine à tout ce qui se passe en Afrique est très important car, elle est considérée comme étant la 6ème région de l’Afrique », a précisé Sadou Abdou, représentant le Président de la République du Niger, parrain de Seeafrika.

Ainsi, grâce à Seeafrika, l’Afrique connaîtra une nouvelle visibilité dans le monde et contribuera à la promotion des différentes sonorités et couleurs qui font la fierté de toute l’Afrique.

Comment capter Seeafrika ?
Le bouquet Seeafrika est accessible par satellite grâce à une parabole, un décodeur Strong et une carte d’abonné. Ainsi, pour capter le bouquet Seeafrika, il faut suivre les dispositions techniques suivantes :
Satellite : Eutelsat 16A/ position orbital : 16° Est
Fréquence du transpondeur : 10976, 10972, 10962/ Rate symbole : 24 113 ou 23740 Fec : auto





Dans la même rubrique