Promotion des droits de la femme au Bénin : Le projet de mise en place d’une pépinière de leadership féminin lancé à Dassa

Félix AGOHOUNGO 11 mai 2021

Le gouvernement béninois peut compter sur l’Ong Survie de la Mère et de l’Enfant ‘’Survie’’ dans la lutte qui consiste à faire de l’égalité entre les hommes et les femmes, la base du développement. L’assurance a été donnée, le jeudi 06 mai 2021 à la salle de conférence de la mairie de Dassa, lors de la cérémonie de lancement par le préfet intérimaire du département des Collines, Firmin Kouton préfet du Zou, de la première phase du projet de mise en place d’une pépinière de leadership féminin dans les Communes de Savalou, Dassa et Glazoué.

La date du jeudi 06 mai 2021 restera gravée dans la mémoire des populations de Dassa-Zoumé. Les habitants de cette localité ont salué l’avènement du projet de mise en place d’une pépinière de leadership féminin présidé par le préfet intérimaire des Collines, Firmin Kouton. Venus de tous les arrondissements des communes de Dassa, Savalou et de Glazoué, et avec la présence effective de tout le gratin d’autorités politico administratives de la ville de Dassa, les participants à cette rencontre étaient munis de leur masque facial et disposés l’un distant de l’autre après l’étape obligatoire de désinfection des mains avec du gel hydro alcoolique. Ce qui a le plus retenu l’attention des invités à cette rencontre, c’est l’allocution présentée par la présidente de l’Ong ‘’Survie’’, madame Prisque Sinzogan. Dans son adresse à l’assemblée, elle a signifié que le parlement béninois compte 83 députés dont six femmes et le Bénin dispose de 77 communes avec 67 maires dont 3 femmes alors que les femmes font 52% de la population de notre pays. A l’en croire, les dernières réformes de la loi fondamentale oblige chaque parti politique à positionner une femme au moins dans chacune des circonscriptions électorales dans notre pays. Dans son allocution, elle s’était posée la question de savoir si notre parlement a besoin de femmes pour acclamer les décisions prises ? A l’en croire, c’est surtout par rapport à cette interrogation que l’Ong ‘’Survie’’ a élaboré son projet en vue d’identifier et de former ces femmes-là qui appartiennent déjà aux partis politiques ou qui peuvent animer les réunions politiques dans leur milieu. ‘’Pour cette première étape, 90 femmes issues des partis politiques actifs dans le département des Collines, de nos Ecoles Supérieures et Universités, de même que du monde des artisans, seront renforcées à travers plusieurs thématiques propres à la manifestation du caractère de leader pour une femme, la technique de communication en groupe, technique de négociation, démarche d’une femme leader, etc…’’. A-t-elle expliqué. Elle pense que les produits que l’Ong mettra à la disposition des femmes seront bien positionnés pour les élections législatives de 2023. La présidente de l’Ong ‘’Survie’’ a aussi sollicité l’appui des autorités rectorales, des écoles et universités du département pour l’encadrement des filles étudiantes qui bénéficieront des avantages du projet. A l’en croire, il en est de même du collectif des artisans que l’Ong aura à installer dans le cadre de leur autonomisation. Madame Sinzogan n’a pas oublié de rappeler à l’assistance que l’Ong ‘’Survie’’ est en train de finaliser son projet intitulé ‘’Hé-tchoboé’’ qui va servir d’appui à la répression des auteurs des harcèlements sexuels, des violences faites aux femmes et grossesses en milieu scolaire et d’apprentissage.

Remerciement aux membres de l’Ong ‘’Survie’’
A l’occasion de cette cérémonie, les différents intervenants, à savoir le préfet, madame Ginette Koublenou, Responsable Suivi Evaluation, Apprentissage, Redevabilité du Projet Voix et Leadership des Femmes de Oxfam au Bénin et certains responsables des services déconcentrés de l’Etat, ont remercié les membres de l’Ong ‘’Survie’’, ils ont été tous unanimes à reconnaître qu’au Bénin, les indicateurs sociaux témoignent de la situation difficile de la fille et de la femme ainsi que des disparités relatives à la jouissance par elles de leurs droits humains. Pour eux, investir dans une fille, c’est assurer notre avenir. A les en croire, il est important de faire de bons investissements pour l’avenir de la fille pour assurer qu’elle suit le chemin qui la conduise vers l’école, l’autonomisation, le respect de ses droits et de sa dignité et la rendre actrice clé de développement économique et social. Autrement, la fille est exposée à des risques. Sans les investissements adéquats, elles risquent de tomber dans le cercle vicieux des grossesses précoces et non désirées, de l’abandon scolaire et des abus, ont-ils martelé. Ils ont tous reconnu que la génération des leaders du Bénin, telles que dames AdjaÏ Cica, Marie Elise Gbêdo, Osséni Koubourath, Céletine Zanou…est en train de partir. Les trois femmes chargées de la mise en œuvre du projet sont : mesdames Aurélienne Deffodji, chargée de projet, Chimène Vigan, assistante chargée de projet, Sidonie Atioukpè, chargée de suivi budgétaire. Le directeur Exécutif de l’Ong ‘’Survie’’, monsieur Bernard Gnantonou a été présenté à l’assistance. Cet homme qui a reçu des hommages des invités ne fait pas dans la dentelle pour émerveiller les partenaires financiers de sa structure. Son travail est un concentré d’esthétique, d’imagination, de talent et d’intelligence qu’il assaisonne avec subtilité et finesse. Il est un homme de flair et de rigueur. A la fin de la cérémonie, sourire, éclats de rire…la joie était perceptible sur tous les visages.





Dans la même rubrique