Protection des filles et des femmes au Bénin : Un atelier de relecture des textes et lois ouvert

La rédaction 16 juillet 2020

Revisiter les lois et les actualiser pour les mettre en conformité avec les réalités d’aujourd’hui. C’est l’objectif de l’atelier qui se déroule depuis ce mardi à Grand-Popo sur la relecture des textes et lois protégeant la fille et la femme au Bénin et l’élaboration des grandes lignes des décrets y afférents. Cet atelier a été organisé avec l’appui du Projet Régional d’Autonomisation des Femmes et du Dividende Démographique au Sahel (Swedd-Benin) et la Banque Mondiale.
Naïmatou Bio Djara Koutouma, Coordonnatrice de l’unité de gestion du Swedd-Benin a rappelé que les interventions proposées par le projet s’articulent autour de trois composantes. Il s’agit de la création d’une demande pour les produits et services de santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile et nutritionnelle, en favorisant le changement social et comportemental et l’autonomisation des femmes et des agents de santé. Il est également question du renforcement des capacités régionales afin d’améliorer l’offre en produits de santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile et nutritionnelle. Il s’agit enfin de renforcer le plaidoyer et la concertation de haut niveau menée dans le cadre du projet ainsi que les capacités pour l’amélioration des politiques et la mise en œuvre du projet.
En procédant à l’ouverture de cet atelier, Véronique Tognifode Mèwanou a expliqué que c’est dans l’objectif de parvenir à l’égalité des sexes et à l’autonomisation de toutes les femmes et filles, comme indiqué par l’objectif de développement durable numéro 5, qu’elle a soumis la thématique de l’atelier afin de corriger certaines tares au sein des communautés. « Je voudrais espérer que vos travaux vont aboutir à des propositions qui vont permettre de combler les insuffisances de nos textes », a-t-elle déclaré avant d’ajouter que cela est essentiel pour garantir aux filles et aux femmes le droit à l’éducation, à la santé sexuelle et reproductive ainsi qu’à l’autonomisation économique. Il faut préciser que l’atelier ouvert depuis le mardi va durer plusieurs jours.
Jephté HOUNNAGNI (Coll.)





Dans la même rubrique