Protection du patrimoine culturel au Bénin : La loi d’octobre 2021 au cœur d’une journée d’étude de l’Inmaac à l’Uac

16 décembre 2022

Les travaux de la journée d’études sur la loi portant protection du patrimoine culturel en République du Bénin se sont déroulés le lundi 12 décembre 2022 à l’Amphithéâtre Houdégbé à l’UAC. Organisée par l’Institut National des Métiers d’Arts, d’Archéologie et de la Culture de l’Université d’Abomey-Calavi (INMAAC), cette rencontre a connu un parterre de spécialistes et d’étudiants. C’est le Vice-recteur chargé des affaires académiques Patrick Yelindo Houessou, qui a procédé à l’ouverture de la rencontre. Il était pour la circonstance entouré du Directeur de l’Institut du cadre de vie, Professeur Euloge Ogouwalé, du Directeur de l’Inmaac, Professeur Romuald Tchibozo.

Beaucoup de participants ont pris part à cette journée d’études de l’Institut National des Métiers d’Arts, d’Archéologie et de la Culture de l’Université d’Abomey-Calavi (Inmaac) sur la loi portant protection du patrimoine culturel en République du Bénin. Il s’agit, entre autres, des enseignants de l’Inmaac, spécialistes d’Histoire de l’art, du patrimoine, d’archéologie, de cinéma, de théâtre, les enseignants de l’ENAM, spécialistes des questions juridiques associées à la protection du patrimoine culturel. La rencontre a permis aux participants d’échanger et de réfléchir sur les aspects du préventif de la loi sur la Protection du patrimoine culturel en République du Bénin votée en octobre 2021. L’occasion a été saisie pour dégager, selon les différentes filières et spécialités de l’Inmaac, les diverses perspectives qu’on pourrait avoir sur les aspects de la prévention dans la loi. Elle a offert aux participants l’occasion de questionner ces aspects de la prévention à l’aune des spécialités qu’il y a à l’Inmaac et puis l’opinion des spécialistes en dehors de l’université qui ont participé à l’élaboration de cette loi. Quelques problématiques étaient également à l’ordre des débats. La question des artistes contemporains et la problématique de la préservation du patrimoine national, a été abordée par le professeur Romuald Tchibozo, Directeur de l’Inmaac. Une communication a été également dédiée à la protection du savoir-faire dans le domaine de l’artisanat à l’aune de cette loi. Ce rendez-vous scientifique a permis de thématiser les aspects du préventif pour l’ensemble du patrimoine au Bénin. Dans son mot, le Directeur adjoint de l’Inmaac, Didier N’DAH est revenu sur les objectifs de la journée. A ses dires, l’aspect du préventif préoccupe l’Inmaac parce que c’est le sérieux accordé à cet aspect qui va davantage protéger notre patrimoine commun. A son tour, le Directeur de l’Institut du cadre de vie, le Professeur Euloge Ogouwalé a salué l’initiative et félicité le staff de l’Inmaac pour avoir organisé cette activité.

Pour lui, la journée permettra de renforcer les capacités de tous les participants qui seront plus que jamais des acteurs de la protection du patrimoine culturel du Bénin. Généralement, une journée d’étude, c’est surtout une journée de réflexion pointue entre les spécialistes. « … concernant cette loi, l’Institut a jugé important que les étudiants aussi soient présents pour partager avec les spécialistes des réflexions pour ne pas être en marge de ce qui se passe », a laissé entendre le Directeur de l’Inmaac, Professeur Romuald Tchibozo. « L’Inmaac accompagne le gouvernement dans son élan de développement en apportant sa pierre à la construction d’un bouclier de protection du patrimoine au Bénin et se veut utile à la Nation en formant les étudiants, mais aussi en mettant aussi son expertise au service des grandes préoccupations de la Nation », a-t-il fait savoir. Ouvrant les travaux de cette journée d’étude, le Vice-recteur chargé des Affaires Académiques, Patrick Yelindo Houessou a apprécié cette journée et félicité le professeur Romuald Tchibozo et son équipe pour cette innovation à la tête de l’Institut.





Dans la même rubrique