Protection sociale : Un nouvel horizon pour des enfants de rues à Cotonou

La rédaction 9 avril 2019

Au cœur de Cotonou, des enfants de rues tentent une réinsertion dans la société. Jadis dépenaillés, sans repères et souvent affamés, quelques dizaines expérimentent une nouvelle vie à Terres Rouges. Avec un appui psychologique, social et scolaire, ces enfants tentent d’échapper à leur destin. Reportage

Jouxtant l’école primaire publique de Cadjèhoun 2, Terres Rouges est comme un bunker pour des enfants de rues de Cotonou. Devant la façade, seul le bruit des enfants en train de jouer dans la cour laisse deviner ce qui se cache dans ce bâtiment, en terre de barre, et d’apparence banale. Difficile de les retrouver sans être confronté aux exigences de protocole. Une fois accessibles, fragiles et en quête de nouveaux repères, ces enfants de rues racontent, parfois la gorge serrée, leur vie dans ce refuge. « J’étais un enfant de rues. Je n’étais pas studieux et on me frappait. C’est ainsi que je suis devenu fugitif. Quelqu’un m’a retrouvé et m’a conduit à l’Office central de protection des mineurs, d’où je suis venu ici. Ici on prend bien soin de nous et on nous éduque. Nous sommes nourris et vêtus. Contrairement à ce que je vivais, pour me réprimander, on ne me tape pas », confie Kelly, 12 ans, écolier au Cm2.

De la rue à une école de vie
Contrairement à une école où on voit les enfants sortir à midi, ici on les voit plutôt revenir, souriants. Ce centre résidentiel qui accueille des enfants de 7 à 12 ans, est une initiative de Terres Rouges, une association belge fondée en 2008, active au Bénin et au Sénégal dont la mission est de porter de l’aide aux enfants en situation difficile, surtout ceux en danger dans la rue. Ils jouissent ici d’une prise en charge basée sur une approche psychosociale pour oublier leur passé difficile qui a fait d’eux des esclaves de la rue. « J’ai été placée comme “vidomingon“ chez une vendeuse à Dantokpa par ma maman. J’étais maltraitée tout le temps et je n’allais pas à l’école. J’allais au marché vendre avec la dame après avoir fait les travaux domestiques. Ici, on m’a aidée à retrouver mon père. Je suis apaisée », témoigne Judith 8 ans, écolière au Ce1. Beaucoup d’autres raisons peuvent être à la base du fait que ces enfants se retrouvent dans la rue. Selon Atonie Ulrich Kouassi, instituteur au centre Terres Rouges, les enfants se retrouvent dans la rue quand ils ne se sentent plus en sécurité chez eux, soupçonnés de sorcellerie, mis de côté, maltraités, victimes de l’instabilité ou simplement quand ils ne perçoivent plus l’intérêt de rester chez eux. « Ils se disent que dans la rue, ils seront loin de tous ces problèmes, oubliant l’insécurité qui existe et les dangers qu’ils pourraient rencontrer. Des enfants dans la rue sont victimes de viol, de trafics d’enfants vers le Nigeria et bien d’autres situations », déplore l’instituteur.

Reprise de confiance
Ici commence pour ces enfants, un processus de réinsertion. De nombreux pensionnaires ont pu être réinsérés dans leurs familles et ont repris le cours de leur vie. « On m’a aidé à retrouver mon papa. Il vient me voir ici. J’envisage le rejoindre », affirme Kelly. Mais une fois la confiance retrouvée, certains enfants ne pourront retrouver leurs demeures, puisque les parents ne sont pas prêts à les accueillir. D’autres refusent aussi de retrouver leurs familles. Les plus âgés, de 13 à 17 ans, qui eux sont au dortoir de nuit ne rentrent au centre que le soir. Sortis de la rue et réinsérés socialement, quand ils ne retournent pas auprès de leur famille, ils choisissent une formation professionnelle comme la boulangerie, la mécanique, la peinture et bien d’autres pour atteindre l’autonomie. « Il y a des enfants que nous avions gardés ici qui ont suivi la formation et sont devenus autonomes. Nous sommes toujours en relation avec eux et il y en a qui sont aujourd’hui mes collègues », explique Atonie Kouassi.
Cependant, quoi que Terres Rouges apporte à ces enfants vulnérables, certains sont toujours tentés par le besoin de retourner dans la rue. « Ici au centre nous veillons à ce que les enfants ne se sentent pas emprisonnés. Cependant il arrive que certains enfants fuguent et préfèrent retourner à la rue ». Ainsi, sortis de la précarité, l’insertion sociale est une bataille sans fin, un chemin plein d’embûches.
Lassiratou MALAWE & Naïmath NASSIROU (Stags)





Dans la même rubrique