Reconnaissance de mérite : Les académiciens rendent un dernier hommage au professeur Abiola Félix Iroko

Isac A. YAÏ 12 décembre 2020

Ils étaient tous là ce vendredi 11 décembre 2020 pour rendre un dernier hommage à Abiola Félix Iroko, professeur titulaire de l’histoire et de la civilisation africaine à l’Université d’Abomey-Calavi (Uac)décédé le vendredi 13 novembre 2020 lors d’un accident de circulation. Membres de l’académie nationale des sciences, arts et lettres du Bénin (Ansalb), collègues de l’Uac et d’ailleurs, étudiants et anciens étudiants du défunt, membres du gouvernement, anciens ministres, membres et amis de la famille du disparu, personnalités à divers niveau ont répondu présent à cet hommage solennel qui témoigne de l’importance du regretté professeur Abiola Félix Iroko au monde de la science béninoise et africaine. Durant trois heures d’horloge, des témoignages ont été faits pour reconnaître le parcours séduisant du désormais feu Iroko. Pour Mahouton Norbert Hounkonnou, président de l’Académie nationale des sciences, arts et lettres du Bénin, le professeur Abiola Félix Iroko a été un membre fondateur de l’Ansalb et premier secrétaire perpétuel adjoint du tout premier bureau exécutif de l’Ansalb. Il est l’une des fiertés de l’Afrique dans le domaine de l’histoire et de la civilisation. Tristes de ce départ inattendu, les autres personnalités qui se sont succédées au pupitre n’ont pas manqué de reconnaître la qualité et le talent du disparu. il a passé toute sa vie au service de l’histoire et de la civilisation africaines. Son départ laissera à coup sûr un grand vide dans ce domaine. Mais grâce aux différents ouvrages qu’il a écrits de son vivant, Félix Abiola Iroko restera ancré dans la mémoire des Béninois et du monde universitaire africain.
Il sera inhumé ce samedi 12 décembre 2020 dans la strict intimité familiale.

Oraison funèbre en la mémoire du Professeur Abiola Félix IROKO par Dr/MA Emery Patrick EFFIBOLEY, Chef du Département d’Historie et d’Archéologie de l’Université d’Abomey-Calavi

Madame le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique,
Mesdames et Messieurs les ministres du Gouvernement de la République,
Monsieur le Président de l’Académie nationale des Sciences, Arts et Lettres, l’Académicien, Mahouton Norbert HOUNKONNOU,
Mesdames et Messieurs les Membres de l’Académie nationale des Sciences, Arts et Lettres du Bénin,
Monsieur le Recteur de l’Université d’Abomey-Calavi,
Messieurs les Vice-Recteurs de l’Université d’Abomey-Calavi,
Messieurs les recteurs des universités nationales du Bénin,
Monsieur le Président fondateur de la Haute Ecole de Commerce et de Management, HECM,
Mesdames et Messieurs les doyens, vices-doyens, directeurs et directeurs-adjoints des Facultés, Ecoles et Instituts de l‘Université d’Abomey-Calavi,
Mesdames et Messieurs les responsables des établissements des autres universités nationales,
Mesdames et Messieurs les Chefs de département des facultés, instituts et établissements de l’Université d’Abomey-Calavi,
Mesdames et Messieurs les membres du corps professoral de l’Université d’Abomey-Calavi et des autres universités nationales,
Mesdames et Messieurs des membres du personnel administratif et de service de l’Université d’Abomey-Calavi,
Mesdames et Messieurs, anciens étudiants du professeur Abiola Félix IROKO,
Chers étudiantes et étudiants,
Madame IROKO, épouse de l’illustre défunt, et ses enfants, parents et amis,
Mesdames et Messieurs,
Il m’incombe le difficile devoir de lire l’oraison funèbre en la mémoire de feu Professeur Abiola Félix IROKO, précédemment enseignant-chercheur au Département d’Histoire et d’Archéologie de l’Université d’Abomey-Calavi, tragiquement enlevé à notre affection le vendredi 13 novembre 2020.
Le professeur Abiola Félix IROKO est né en 1946 à Adjan, dans la commune de Zè de deux parents béninois. Après des études primaires à Adjan et secondaires au Lycée Béhanzin de Porto-Novo, il effectua les deux premières années d’études supérieures au Centre universitaire de Lomé (Togo) et puis s’embarqua pour l’Université d’Abidjan en Côte d’ivoire et y obtint sa Licence ès-lettres en Sciences Humaines en 1970. Juste après, il poursuit ses études à l’Université de Paris 1, Panthéon Sorbonne en France où il obtient successivement une Maîtrise ès-lettres en Sciences Humaines avec une mention Assez Bien et en 1973 et un Doctorat de troisième Cycle en Histoire (Mention Très Bien) avec une thèse intitulée Gao, des origines à 1951. Juste après, il rentre au bercail pour servir son pays. Tout en étant en service, il poursuit ses recherches qui aboutissent à la soutenance de la thèse de Doctorat d’Etat ès-lettres et Sciences Humaines en 1987 toujours à l’Université Paris 1, Panthéon Sorbonne avec la mention Très Honorable à l’unanimité des membres du jury avec comme thèse, Les Cauris en Afrique Occidentale du Xè au XXè siècle, 1000 pages.
Professeur Abiola Félix IROKO a enseigné quelques années au Collège de Gbégamey et puis tout le reste de sa carrière à l’Université d’Abomey-Calavi. Faisant partie des premiers enseignants nationaux de notre université, il l’a vue grandir pendant ces cinq dernières décennies. C’est donc une mémoire vivante de notre l’institution qui tire sa révérence.
Professeur Abiola Félix IROKO a gravi tous les échelons des grades du Conseil Africain et Malgache de l’Enseignement Supérieur (CAMES) avec le titre final de Professeur titulaire d’Histoire et de civilisations africaines précoloniales et a fait valoir ses droits à la retraite le 1er octobre 2012 après plus de quarante années de loyaux services rendus à la Nation.
De l’ensemble de sa longue carrière, il comptabilise environ sept dizaines d’articles scientifiques, plus d’une douzaine d’ouvrages et près de six cents articles de vulgarisation scientifique dans Recherches pédagogiques et culture, le journal catholique, La Croix du Bénin, de 1989 à 2009 et de nombreuses émissions radiophoniques et télévisuelles.
Comme publications majeures, on peut citer par exemple :

Comme articles :
- "Une introduction à l’étude des relations entre l’empire mandingue et Gao du XIIIè au XVè siècle" In Afrika Zamani Revue d’Histoire africaine, Yaoundé décembre 1969 ; N O 10 et 11 pp. 26-49.
- Problèmes de périodisation en histoire africaine" In Afrika Zamani Revue d’Histoire africaine N0 6 et 7, Alger, Décembre 1977, pp. 103-140
- "Un aspect des causes de la naissance des grands empires soudano-sahéliens, du VIIIè au XVIè siècle’’ In Annales Département des Etudes Littéraires, Linguistiques et de Sciences Humaines, N° I MCMLXXV Université du Dahomey, pp.42-51.
- "Les forges et Ateliers d’Adjaha. Une entreprise béninoise postcoloniale née en France"
In Actes du colloque Entreprises et Entrepreneurs en Afrique XIXè et XXè siècle. T. 2, Laboratoire connaissances du Tiers-Monde, Editions l’Harmattan, 1983, pp. 553-557

Comme ouvrages :
- Une histoire des hommes et des moustiques en Afrique, Paris, Editions l’Harmattan, 1984, 179 p. ill.
- L’homme et les termitières en Afrique, Paris, Editions Karthala, 1997, 300 p. ill.
- Les Shanga de la Vallée du Niger (Nigeria - Bénin - Niger) : Des origines au XIXè siècle, Cotonou, les Editions du Flamboyant : 1998, 330 p. ill.
- Yoruba : Masques et Rituels africains. (en coll.) Paris, Editions Hazan, 2000, 150 P. ill.
- Le Président Mathieu Kérékou : Un homme hors du commun, Cotonou, Les Nouvelles Editions du Bénin, 2001, 314 p. ill.
Au moment de son décès, le Professeur Abiola Félix Iroko avait encore près d’une dizaine d’ouvrages en cours ou en projet dont l’histoire des chiques en Afrique et celle du miroir pour lesquels la recherche était entièrement achevée, me disait-il le 12 novembre dernier.
Le souci de la vulgarisation des recherches historiques a valu au professeur Abiola Félix IROKO la reconnaissance du commun des Béninois comme le plus grand spécialiste de l’histoire du Bénin alors que ce pan de l’histoire n’a jamais été son domaine de spécialisation.
Sur le plan académique, le Professeur Abiola Félix IROKO a exercé non seulement au Bénin mais aussi dans plusieurs pays d’Afrique tels que le Congo-Brazzaville où il a aidé à créer la section Histoire de l’Ecole doctorale de l’Université Marien Ngouabi, à la demande des autorités congolaises, le Burkina Faso où il compte plusieurs disciples, etc. Il a ainsi contribué à la formation de la relève dans de nombreux pays.
Par ailleurs, le Professeur Abiola Félix IROKO était membre de plusieurs sociétés savantes telles que l’Académie Nationale des Sciences, Arts et Lettres du Bénin, dont il a été membre fondateur et secrétaire perpétuel adjoint de 2010 à 2014, la Société des Africanistes de France, l’Académie Royale d’Outre-Mer de Belgique, etc.
La veille de son décès, c’est-à-dire le 12 novembre dernier, le Professeur Abiola Félix IROKO était encore arrivé au Département d’Histoire d’Abomey-Calavi pour prendre part à une réunion de collègues historiens travaillant à la relecture de l’ouvrage, Historicité et espaces de pouvoir traditionnel en République du Bénin, ouvrage publié en 2015 et dont il était le directeur scientifique.
Le professeur Abiola Félix IROKO était donc un soldat du devoir qui servit la science jusqu’à son dernier souffle. Maintenant, qu’il parte avec le sentiment du devoir accompli !!

Professeur Abiola Félix IROKO, dormez en paix et que vos œuvres vous survivent ici et ailleurs !

Je vous remercie.





Dans la même rubrique