Recrudescence des braquages à Cotonou : la police au galop

Adrien TCHOMAKOU 9 septembre 2021

Les malfrats font parler d’eux dans la capitale économique du Bénin au lendemain des mutations à la Police Républicaine. En vingt-quatre heures, plusieurs millions et des motos ont été emportés, cinq bandits de grands chemins ont été neutralisés, un policier républicain et des malfrats également sont blessés par balles. Un bilan macabre qui donne l’émoi et matière à réflexion. Une insécurité qui s’est brusquement installée à Cotonou où les populations circulent la peur au ventre. Et c’est sans compter avec la détermination des hommes du contrôleur général de police Yaya Soumaïla, Directeur général de la Police Républicaine qui a permis que plusieurs braquages soient déjoués. Ainsi, les vols à main armée sont depuis peu monnaie courant mais tout porte à croire que la police prend désormais le contrôle de la situation. Si à Sikècodji, dans la journée du mardi 07 septembre 2021, les hors-la-loi ont réussi à effrayer un journaliste avec une arme et lui ont arraché son sac contenant plusieurs millions de Francs Cfa, sans être inquiétés par la police républicaine, ils ont malheureusement été cueillis par balles hier mercredi aux environs de midi à Guinkomey, alors qu’ils s’apprêtaient à attaquer une institution financière. Au total, cinq gangsters ont trouvé la mort suite aux échanges de tirs nourris qui ont a duré plus de trente minutes et un policier a été blessé par balles. C’était le sauve-qui-peut face aux crépitements de balles. Mais les policiers ont fait preuve de professionnalisme. Ils ont tué des bandits, blessé certains et mis d’autres en déroute. A la tête de l’opération, il y avait le Directeur Général de la police Républicaine en personne, comme ce fut le cas, il y a quelques années avec le Général de police Sessi Louis Philipe Houndégnon.
Toujours dans la journée d’hier, un présumé voleur a été interpellé suite à un braquage de moto emportée à Fifadji. Dans tous les cas, plusieurs enquêtes sont ouvertes sur instruction du procureur de la République près le tribunal de première instance, de première classe de Cotonou. Faut-il le souligner, la population était fière de l’opération menée par la police Républicaine dans la journée d’hier. C’est avec des ovations nourries que les observateurs de circonstance ont accompagné de Guinkomey le pick-up de la police Républicaine qui s’est ébranlé vers la Direction Générale de la Police Républicaine à Ganhi. En réalité, on peut désormais croire sans risque de se tromper que la situation est sous contrôle et les policiers sont plus que jamais déterminés à en découdre avec les divorcés sociaux dans la capitale économique du Bénin.

Bravo aux services de renseignements et de la surveillance du territoire
Informations vraies et justes manipulées par la Direction des renseignements et de la surveillance du territoire (Drt), sur instructions du Directeur général de la police Républicaine. C’est du moins ce qu’on peut dire des informations recoupées qui ont porté leurs fruits. Le Contrôleur général de Police Yaya Soumaïla a réussi cet exploit grâce aux renseignements fiables. Sa présence sur les lieux d’opération en dit d’ailleurs long. Soumaïla Yaya a abandonné son garde du corps est allé au front dans le seul dessein d’atteindre sa cible. Il a tout mis en œuvre pour déjouer le braquage sanglant et meurtrier bien planifié. C’est un bilan fort à mettre à l’actif du patron des flics.

Cessez de circuler avec de l’argent et soyez votre propre gardien
Il n’y a d’insécurité zéro dans aucun pays et chaque individu ne peut avoir un policier pour le surveiller. Un constat universel qui amène les experts de lutte contre l’insécurité à appeler chaque individu à devenir son propre gardien. Le geste de chacun fait la sécurité de tous, dit-on. Si l’on est convaincu que l’appât attire le poisson, il importe de ne plus circuler avec de l’espèce sonnante et trébuchante. Alors, il est important de prioriser les opérations virtuelles pour préserver des vies.





Dans la même rubrique