Recrudescence des cas d’accidents sur les routes : L’heure de redoubler de vigilance

17 octobre 2022

Les accidents deviennent de plus en plus récurrents sur les axes routiers du pays en ces derniers temps. La prudence semble impérieuse face à l’ampleur des drames. Il est encore bien possible de conjurer le sort du supposé ‘’bilan de fin d’année’’.

Les routes au Bénin sont le théâtre de graves accidents à moins de trois mois des fêtes de fin d’année. Ces drames qui côtoient le quotidien des usagers de la route ne manquent pas de dresser de lourds bilans. Si les cas récents continuent de causer l’émoi et l’inquiétude chez plus d’un, les bilans ne cessent de s’alourdir dans la circulation au fil des jours. Tombé par inadvertance du dos de sa maman le lundi 10 octobre dernier sur l’ancien pont de Cotonou (tronçon marché Dantokpa-Akpakpa Dédokpo), un nourrisson a été écrasé par un camion gros porteur. Ayant perdu le contrôle en pleine circulation, un camion a causé deux morts dont une femme enceinte et un blessé grave après qu’il a percuté une voiture taxi en déplacement le samedi passé à hauteur de l’Ecole primaire publique de Drè (arrondissement de Sè), commune de Houéyogbé dans le département du Mono. A ceux-là s’ajoute un agent de la Police Républicaine en service tué dans sa cabine le 23 septembre dernier à hauteur du carrefour Arconville dans la commune d’Abomey-Calavi par un camion qui perdu le contrôle. Par ailleurs, le 1er octobre dernier en face de l’hôpital de zone de Comè dans le département de Mono, trois morts et plusieurs blessés graves ont été enregistrés après qu’un chauffeur a perdu le contrôle de son véhicule, et la liste n’est pas exhaustive.

Des dégâts irréparables faute de prudence
Si les cas d’accidents aux dégâts irréparables se répètent sur les routes, nombreux sont dus au manque de prudence. Les cas d’accidents causés par des pertes de contrôle deviennent fréquents. Dans la même veine, le désarroi caractérisé par l’excès de vitesse, le non-respect du couloir de circulation, le dépassement au mauvais endroit, les arrêts fantaisistes et autres constatés en circulation ne sont plus à démontrer. Même si dans des villes comme Cotonou et Calavi, les agents de la Police Républicaine veillent au grain pour dissuader les usagers qui font preuve d’inconduite en circulation, le bilan lourd enregistré chaque semaine montre clairement que la situation est loin d’être sous contrôle. Il est impérieux d’en appeler à la prudence des usagers de la voie. Aussi, serait-il convenable, qu’en plus des grandes villes, la veille sur la sécurité routière soit élargie sur tous les axes routiers. Des sensibilisations en faveur des usagers de la route seraient les bienvenues. Le supposé ‘’bilan de fin d’année de Dieu’’ pourrait demeurer un mythe. Des vies et l’intégrité physique des bâtisseurs de la nation en dépendent.
Fidégnon HOUEDOHOUN





Dans la même rubrique