Recrutement dans le secteur judiciaire : Un nouvel appel à concourir, un défi pour les candidats

Arnaud DOUMANHOUN 3 septembre 2020

Du souffle pour la maison justice. « L’objectif poursuivi est de combler le vide qu’induit la nécessité d’étendre la carte judiciaire de notre pays par la mise en service des juridictions du fond et de l’installation prochaine de la Cour des comptes », a déclaré hier, le porte-parole du gouvernement, le ministre Alain Orounla en annonçant le recrutement de 100 auditeurs de justice au titre de l’année 2020. C’est dire que davantage, un vide s’installe à la maison justice. D’un besoin de 80 auditeurs exprimés par l’Etat en 2019, le nombre est passé cette-fois à 100 après un recrutement de 12 postulants. Le déficit enregistré sur la prévision de l’année dernière s’est donc creusé. Beaucoup d’appelés, mais peu d’élus.
12 admis sur 1000 candidats au profit de 80 postes. A en croire le ministre Alain Orounla, cela dénote de la rigueur qui caractérise la gouvernance du président Patrice Talon et qui se fait ressentir dans tous les secteurs. Il évoque aussi la transparence qui a prévalu lors de l’organisation de ce concours pour le compte de 2019 et qui sera assurément rééditée. Le défi est immense pour les candidats. Il s’agira après l’échec massif de 2019, de prouver que les ressources existent bel et bien pour conforter cette politique qui tend à rapprocher la justice des justiciables. Les Facultés de droits déversent chaque année sur le marché de l’emploi des milliers de diplômés. L’on aurait de la peine à croire, que pour le recrutement de 100 auditeurs de justice, les candidats ne soient pas à la hauteur des épreuves. En tout cas, pour le gouvernement, ‘’des efforts de renforcement de l’effectif du personnel magistrat s’avèrent nécessaires face au besoin manifeste de nouveaux recrutements’’.





Dans la même rubrique