Réformes au ministère de l’économie et des finances : 40 nouveaux contrôleurs budgétaires prêtent serment

La rédaction 30 mars 2022

La salle d’audience « G » du tribunal de première instance de première classe de Cotonou a abrité dans la matinée de ce mardi 29 mars 2022, la cérémonie de prestation de serment de 40 contrôleurs budgétaires et administrateurs d’impôts. Une mesure rendue effective par Romuald Wadagni, ministre d’Etat, pour assainir les finances publiques et rendre davantage responsables les récipiendaires.

« Je jure d’exercer fidèlement ma profession de contrôleur budgétaire, de l’exercer en toute impartialité, dans le respect des lois et règlements, de respecter le secret professionnel et de me conduire en digne et loyal contrôleur budgétaire ». Tel est le serment auquel ont répondu par « oui, je le jure » les 40 nouveaux contrôleurs budgétaires devant l’autorité judiciaire Victor Fatindé, président du tribunal hôte et maître de la cérémonie. Une initiative conforme aux exigences de l’article 14 du décret 2015-209 du 17 avril 2015 portant statut particulier du corps des contrôleurs budgétaires. Rendue possible par Romuald Wadagni, ministre d’Etat béninois chargé de l’économie et des finances, cette cérémonie de prestation de serment vise à responsabiliser davantage les contrôleurs financiers et à les sensibiliser sur la délicatesse de leur mission. « La prestation de serment est une formalité qui passe très vite mais lourde de conséquences. Par cette simple prestation de serment, les actes répréhensibles que vous aurez à poser à l’occasion de l’exercice de votre fonction seront durement réprimés contrairement aux agents qui n’ont pas pris par cette étape », a assuré Francis Enagnon Bodjrènou, substitut du procureur et représentant du ministère public. Il les invite donc au respect des textes et lois régissant leur corporation afin d’éviter toutes les situations qui pourraient les compromettre dans une autre posture. « Ainsi, ils doivent exercer leur fonction avec dignité, conscience, indépendance, probité et loyauté », a ajouté Eric Georges Yétongnon, Directeur National du Contrôle Financier, tout en adressant ses mots de remerciements au ministre d’Etat, au Président du tribunal et au procureur de la République près le tribunal hôte. Il faut noter que cette cérémonie revêt un double caractère. Celui du passage de la gestion classique à la gestion en mode programme et celui visant à faire appréhender à chaque contrôleur les responsabilités qui sont les siennes dans l’exercice de sa mission.
Paul FANDJI (Stag)





Dans la même rubrique