Regain d’insécurité dans la commune d’Abomey-Calavi : Les malfrats sèment la terreur à Glo

Adrien TCHOMAKOU 29 octobre 2019

Psychose à Glo. Ces derniers temps, les populations de cet arrondissement de la commune d’Abomey-Calavi sont confrontées à l’insécurité grandissante. Dans cette zone, rentrer un peu tard c’est craindre de se faire arracher sa moto et des objets de valeurs. Et comme si cela ne suffisait pas, les victimes se retrouvent avec des blessures graves, suite aux coups de machette reçus. La situation est devenue criante en ces temps de pluie où les flaques d’eau ne permettent pas aux usagers de filer pour leur échapper belle. Au contraire, ce sont des pièges où attendent plutôt les délinquants pour dicter leur loi. Les populations ne savent pas à quel saint se vouer. Les cas de cambriolages de boutiques, de vols de motos, d’ordinateurs portatifs, d’appareils portatifs, de téléphones portables persistent et inquiètent à Kpossouhoué, Aglansa, Agongbé, Agonmè, Glo-Djigbé et Glo-Fanto. Par exemple, le 11 octobre 2019, un résident de Glo a été violenté avant de voir sa moto emportée. Il s’est retrouvé avec un bras cassé et des blessures à plusieurs autres endroits du corps. Ce même jour, une commerçante a été violée et toute sa recette journalière emportée par un conducteur de taxi-moto communément appelé Zém à Kpossouhoué. Une semaine après c’est un étudiant qui a été blessé à Agonmè et son ordinateur portatif emporté aux environs de 22 heures. Il y a donc des raisons pour que la Police Républicaine revoie sa stratégie dans cette zone pour garantir la quiétude des populations, surtout à l’approche des fêtes de fin d’année. Les cartes tentées jusque-là ne semblent pas encore totalement efficaces. Des failles persistent et les gangsters trouvent encore les moyens de s’imposer, de façon isolée.



Dans la même rubrique