Rentrée académique 2019-2020 : L’introduction de l’anglais au primaire, un défi majeur

Arnaud DOUMANHOUN 12 juillet 2019

Tant qu’il reste à faire. Le système éducatif béninois est en pleine mutation. Et l’heure est peut-être venue pour que le Bénin s’aligne sur certains Etats ambitieux, qui ont adopté l’anglais comme langue majeure, soit au plan national, soit à défaut dans le système éducatif. Car, il est un secret de polichinelle que la langue de Shakespeare est devenue au fil du temps, la plus parlée au monde.
Aujourd’hui, les artistes (écrivains, chanteurs…) qui cherchent à toucher un plus large public se tournent vers l’anglais. Voulez-vous faire des affaires à l’international, cette langue s’impose. Un pays dont le modèle économique attire les regards par ici et sur le continent, pour ne pas nommer le Rwanda, est passé à dessein du français à l’anglais comme langue officielle. Dans un autre désigné comme la première économie du continent, le Nigéria qui se trouve être un voisin très proche, l’anglais règne en maître.
Longtemps le Bénin a tergiversé. Avec un régime politique qui a fait l’option de réformer le pays, il est souhaité à raison que ce pas soit enfin franchi, et ce à compter de la rentrée académique 2019-2020. L’introduction de l’anglais dans l’enseignement primaire est bien possible. D’ailleurs, il existe déjà sur le territoire national, quelques écoles bilingues, mais d’initiative privée.
Au-delà de cette introduction de l’anglais dans le système éducatif notamment dans l’enseignement primaire dès la rentrée prochaine, il faudra réaménager le calendrier scolaire. Un autre chantier tout aussi important.





Dans la même rubrique