Rentrée solennelle de l’ordre des avocats : L’avocat au cœur de la modernisation de la justice

La rédaction 18 novembre 2019

L’ordre des avocats a lancé le vendredi 15 novembre dernier à Cotonou sa rentrée solennelle 2019-2020. Invité à l’occasion, le président de la Cour Constitutionnelle, Joseph Djogbénou a tenu une conférence inaugurale sur le thème ‘’le rôle de l’avocat dans la modernisation de la justice’’.

L’avocat a un rôle très important fondamentalement dans l’accès au droit dans la cité et incontournable dans l’accès à la justice et doit être au cœur des mutations. C’est ce qui ressort essentiellement des propos du président de la Cour constitutionnelle Joseph Djogbénou lors de la conférence inaugurale de la rentrée solennelle de l’ordre des avocats tenu le vendredi dernier à la salle de conférence de la Cour d’appel de Cotonou. Dans sa réflexion sur le thème : « le rôle de l’avocat dans la modernisation de la justice », Djogbénou estime que la modernisation consiste schématiquement à s’interroger sur cette transition de l’avocat, sur ce qui est acquit, certain de ce qui relève des habitudes vers ce qui est espéré. Selon lui, l’avocat fait partie de l’Adn de la société moderne et il n’y a donc pas de société moderne sans considérer l’avocat et l’organisation dans lequel il évolue comme acteur majeur. Ainsi, Me Joseph Djogbénou prétend que les règles qui régissent la profession de l’avocat doivent évoluer entre autres en fonction des nouvelles technologies et de l’évolution de la démographie. Par ailleurs, il a tenu à dire sa fierté d’être parmi les siens et a salué l’engagement du bâtonnier Yvon Détchénou. « Ces lieux me remplissent d’émotions autant que de fierté. Fierté relative à l’excellent bâtonnier Yvon Détchénou », a-t-il laissé entendre. Pour sa part, le bâtonnier sortant Yvon Détchénou, a rappelé qu’il y a un certain nombre de mécanismes, de règlements à caractère différents qui se mettent en place et qui impliquent de réfléchir par ailleurs sur les modes traditionnel de règlement des différends qui existaient dans nos sociétés. « C’est en cela qu’il faut des gens outre que les avocats, notamment les responsables d’institutions pour venir parler aux avocats », a fait savoir le bâtonnier.
Jephté HOUNNAGNI (Coll.)





Dans la même rubrique