Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Reprise des cours après les grèves : Enseignants et apprenants au sprint final

Après la suspension de la motion de grève des syndicats de l’éducation, les cours ont repris normalement dans les écoles maternelles, primaires et secondaires. Enseignants et apprenants affûtent alors leurs armes pour une année réussie.

JPEG - 227.2 ko

Lundi 30 avril. Il est 09 heures. Nous sommes au Collège d’enseignement général Le Nokoué. A l’entrée du collège, un calme plat annonce la présence des élèves en classe. Plus loin, des motos et des véhicules sont garés devant l’administration du collège. A travers les persiennes, l’on aperçoit des élèves en plein cours. En Tle D3, c’est le cours d’Histoire-géographie qui se déroule. Pendant que l’enseignant dicte le cours, les apprenants se contentent de copier. Gare aux nonchalants ! Il est 10 heures. C’est la pause. Ce sont les retrouvailles après plusieurs semaines d’absence. L’école revit.

Un rythme au-delà de la normale !
Pour Emmanuel Soglo, élève en classe de terminale D1 et 1er responsable de classe, « Nous sommes d’abord en séance de calcul de moyenne. Les professeurs qui ont fini de calculer la moyenne dans leurs matières ont repris avec les cours ». Selon Emmanuel, il y a trop de pression dans la dispensation des cours. « C’est vrai que l’ambiance n’est pas comme au début de l’année. On comprend à peine, puisque nous avons perdu l’habitude des classes. Pour nous, l’année allait être blanche, vu tout ce temps perdu. Heureusement, quand les professeurs faisaient la grève, on n’a pas baissé les bras .Nous nous sommes organisés en de petits groupes de travail », confie-t-il, d’un air pas assez gai. Sandrelle Assogba, 2ème responsable de classe, élève en terminale D1 n’espérait plus une reprise des cours. « Pendant la période des grèves, en groupe de petits groupes nous nous sommes organisés en petits groupes de travail dans certaines matières. Dans notre classe, nous sommes très en retard par rapport aux autres classes. Maintenant que les enseignants ont repris avec les cours, on se demande si on peut tenir. Sinon, c’est malgré nous qu’on a repris. On essaie de se remettre. Comme les professeurs sont tenus de finir les programmes, ils ont adoptés des méthodes outre que celles auxquelles nous sommes habitués », dit-elle. Avec le retard accusé dans l’exécution du programme, les enseignants sont obligés de distribuer des polycopies aux élèves. Ce qui rend la tâche plus difficile aux apprenants. « Au lieu de copier les cours au tableau, c’est des polycopies qu’on nous remet. Particulièrement, j’ai assez de difficultés à faire les exercices seule. Si déjà j’ai du mal à comprendre les cours, malgré le retour des enseignants, j’imagine la suite… », laisse-t-elle entendre.

Dispenser avec tact !
Pour Blaise T., professeur d’Histoire et Géographie, les élèves ont laissé les cours depuis plusieurs mois, et en tant qu’enseignant, il sait à peu près ce qu’il faut faire pour mettre les apprenants au pas. « Déjà, avant les grèves, nous avons fini avec les situations d’apprentissage 1 et 2. Alors que les situations d’apprentissage pour toute l’année scolaire dans les séries scientifiques (D et C) sont au nombre de quatre. Maintenant qu’on a arrêté les mouvements, nous avons continué avec le reste des situations .Actuellement, nous abordons la situation d’apprentissage N°3. Mais pour vite finir le programme, j’essaie de leur donner l’essentiel, c’est à dire le résumé des cours que j’accompagne avec des travaux dirigés », explique-t-il. A l’en croire, ce sont des séances d’exercice qui permettront d’expliquer aux candidats ce qu’ils pourraient rencontrer comme problèmes lors des compositions. « D’ici un mois et demi, le programme sera terminé. Et jusqu’à la veille des examens, ils n’auront que des travaux dirigés à faire », ajoute-t-il. A travers ces séances d’exercices, Blaise T. va aborder les notions qui n’ont pas été touchées pendant les cours. Ces séances de travaux dirigés ne seront pas payantes, mais il s’agit pour lui d’une initiative personnelle pour relever le niveau des apprenants, et leur apprendre comment aborder les épreuves d’histoire et géographie au Bac. « Surtout les nouveaux, il faut attirer leur attention sur certains points clés. Ils seront également occupés certains jours de repos et à des heures creuses ». Selon Daniel Djohou, Professeur des sciences physiques, la question n’est pas de relever le niveau des apprenants, mais de leur inculquer le savoir. « Il y a des informations que l’élève doit pouvoir exploiter. Donc, nous les aidons à savoir comment exploiter les informations disponibles afin de pouvoir se défendre en face des épreuves », dit-il. D’habitude, poursuit-il, les apprenants ne sont pas prêts à lire et comprendre le support avant de répondre aux consignes. « Le cours n’est pas à résumer. Tout le savoir que constitue le programme doit être transmis, seulement qu’on insiste sur les parties qui les concernent vraiment lorsqu’ils seront en face des épreuves. Il n’est donc pas question de bâcler les chapitres qui constituent le programme. On embrassera toutes les parties .Le mieux pour nous est d’insister sur l’essentiel qui les concerne en face d’une épreuve », ajoute-t-il. De toutes les manières, l’examen aura lieu, même si beaucoup d’élèves ont abandonné les cours, ont voyagé, se sont inscrits dans des établissements privés ou encore sont enceintes.
Clarisse DASSI & Patrice SOKEGBE

4-05-2018, Patrice SOKEGBE


CHRONIQUES

Editorial : A vos plaques…Partez !
15-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
L’axiome est sans équivoque. Qui veut rouler à moto, doit avoir sa plaque d’immatriculation. Défaut longtemps toléré au Bénin, mais défaut bientôt (...) Lire  

En vérité : Transport en commun : le grand (...)
15-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : 176 milliards du SNU !
13-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Zoom sur le budget 2019
13-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Du mieux pour les pompiers (...)
8-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les Epes à la barre
8-11-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Rapport 2018 de l’Oms : La pollution de l’air, un poison pour (...)
8-11-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU, Isac A. YAÏ
Rapport 2018 de l’Oms : La pollution de l’air, un poison pour (...)
8-11-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU, Isac A. YAÏ


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2760

Sécurité sanitaire des eaux conditionnées : ‘’Pure water’’, l’envers (...)
15-11-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
produits et mis en consommation par des unités, dans des conditions parfois peu hygiéniques. Pendant que des études (...)  

Conseil des ministres : le Gle Jean-Baptiste Aho nommé chef d’état (...)
15-11-2018, La rédaction
Contre-Amiral Patrick Jean-Baptiste Aho. Tel est le nom du tout nouveau chef d’Etat-major général des forces armées (...)  

Innovation de la commission nationale d’assistance aux réfugiés : (...)
15-11-2018, La rédaction
La commission nationale d’assistance aux réfugiés a renforcé la capacité des refugiés vivant au Bénin sur les violences (...)  

Compétition d’innovation numérique : Serge Auguste Zaongo, lauréat (...)
14-11-2018, Isac A. YAÏ
Le Lauréat de la 3ème édition de Rfi Challenge App Afrique est désormais connu. Il a pour nom Serge Auguste Zaongo et (...)