Reprise des cours au Bénin : La position de l’intersyndicale des universités

Fulbert ADJIMEHOSSOU 4 mai 2020

Les universités du Bénin pourront-elles reprendre le 11 mai prochain ? Beaucoup craignent qu’avec l’effectif pléthorique dans les facultés, les gestes barrières ne puissent pas être respectés. Dans une déclaration en date du 30 avril 2020, l’intersyndicale des universités du Bénin fait des propositions. Lire ci-dessous la déclaration.

Déclaration de l’Intersyndicale des UNB au sujet des supports de cours en ligne en vue de la reprise des activités dans les UNB
Chers camarades, chers collègues,
Depuis quelques semaines, les autorités de nos différents rectorats et du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique ont réfléchi et pris des mesures pour " assurer la continuité de l’enseignement en garantissant la sécurité sanitaire des étudiants et des enseignants ".
A cette fin, il est demandé aux enseignants de mettre les notes et supports de cours à la disposition des étudiants via les sites dédiés de nos universités.
L’Intersyndicale, consultée par certaines autorités académiques, apprécie les initiatives entreprises pour atteindre les objectifs supra mentionnés.
Cependant, l’Intersyndicale trouve que la solution variera selon les universités. Cette variation est principalement liée au niveau d’équipement technique de chaque université et aux effectifs de chaque formation. Il se pose également quelques problèmes relatifs à la protection des données et des propriétés intellectuelles. Mais le point le plus préoccupant est celui de la sécurité de la plateforme de chaque université.
Suite aux échanges, des assurances ont été données pour calmer les inquiétudes des uns et des autres. L’Intersyndicale profite de cette occasion pour saluer la proactivité des différentes structures entrant dans la mise en oeuvre desdites mesures. Elle tient néanmoins à attirer l’attention des autorités sur la gravité de la situation dans les entités à gros effectifs due avant tout au non respect du ratio du nombre d’étudiants par enseignant et par cours.
Autant il est facile de respecter la distanciation avec vingt-cinq ou cinquante étudiants, autant il est aisé d’interagir en ligne avec un petit effectif. En revanche, avec des classes de cinq cents à mille apprenants, tout se complique.
Il est donc grand temps que les groupes pédagogiques soient raisonnablement réduits afin d’améliorer les conditions de travail et d’études pour les enseignants et les apprenants, pour prévenir par ricochet des crises comme celle du Covid-19. Ceci implique impérativement un plan spécial de construction de plusieurs salles de cours et d’amplis et le recrutement d’un nombre suffisant d’enseignants pour faire face à la modernisation de nos universités à l’ère du LMD.
Pour l’heure, l’Intersyndicale des UNB pense que seules les classes à effectif réduit pourront suivre les cours en présentiel de manière à pouvoir observer les mesures barrière telles que le port de masque, le lavage des mains avant le début de chaque cours ainsi que la distanciation d’au moins un mètre entre les différents acteurs. Les autres étudiants recevront les notes de cours et le matériel d’accompagnement nécessaire pour travailler seuls ou en petits groupes, en attendant que des séances de synthèse et de révisions leur soient éventuellement offertes à la reprise des activités.
L’Intersyndicale exhorte par conséquent tous les enseignants à remettre leurs notes de cours et supports numérisés des semestres pairs aux responsables académiques indiqués de leurs départements respectifs. Elle recommande fortement aux collègues de sécuriser leurs fichiers PDF par un mot de passe avant la transmission ou de confier cette tâche au département pour une meilleure coordination.
L’Intersyndicale exige des autorités rectorales et ministérielles, la sécurisation urgente et préalable des sites devant accueillir les diverses données, avant toute mise en ligne, afin d’éviter que ces dernières ne tombent dans des mains qui n’y ont pas droit.
Vive les UNB
Vive l’Intersyndicale des UNB
Pour une meilleure formation !
Pour les secrétaires généraux, ce 30/04/2020
Le porte-parole,
Dr Arnaud HOUÉDJISSIN, SG SNECC-BÉNIN





Dans la même rubrique