Reprise des cours ce jour au Bénin : Echapper au Covid-19, l’épreuve fatidique

Angelo DOSSOUMOU 11 mai 2020

Une reprise inédite et forcément, un sentiment mitigé pour la plupart des élèves béninois ce jour. Appelés à reprendre le chemin des classes, leur joie de retrouver les amis, de poursuivre les cours accidentellement interrompus contraste forcément avec la peur d’une contamination au Covid-19, ce virus qui a non seulement chamboulé le programme scolaire mais causé bien de tort sur l’ensemble de la planète. D’ailleurs, en ce jour de rentrée, les regards sont focalisés sur les gestes barrières dans les lieux de savoir appelés à accueillir des milliers d’apprenants. Car, pour l’instant, c’est la seule parade trouvée pour réussir le pari d’une reprise des classes sans prendre le risque d’une flambée préjudiciable.
Ce faisant et des syndicalistes ne se sont pas gênés pour émettre des réserves à ce propos, la grande préoccupation est la formule à trouver pour faire respecter les règles de distanciation. Sans aucun doute, c’est déjà l’équation la plus difficile à résoudre par les administrations scolaires. Ensuite, et c’est loin d’être gagné d’avance, il faudra plus d’une dizaine de surveillants pour s’assurer que les apprenants porteront de façon continuelle leur masque pendant leur séjour à l’école. Enfin, c’est évident que sans accompagnement, très peu d’établissement auront les moyens de se doter d’un maximum de systèmes de lavage de mains afin d’éviter les attroupements. En définitive, entre le chemin de l’école, les salles de classe, les cours de récréation, il faudra vraiment un dispositif performant, une sensibilisation de tous les instants pour que les gestes barrières ne soient constamment violés. Autrement, il ne serait pas surprenant, qu’un nouveau terreau soit offert au Coronavirus et qu’il n’en profite pour crever le plafond des cas confirmés.
De toute façon, pour les acteurs du monde scolaire, l’enjeu de la reprise des classes ce jour, c’est de pouvoir composer avec la menace constante du covid-19 sans tomber dans son piège. Et pour parvenir à véritablement faire éviter aux élèves et aux enseignants cette pandémie, il est impérieux d’allier, les moyens à disposition des écoles et la responsabilité à tous les niveaux. Maintenant, c’est plus facile à dire qu’à faire. En cela et le contexte sanitaire oblige, pour une reprise des classes paisible, c’est l’épreuve la plus compliquée à résoudre par le monde scolaire. A l’arrivée, il n’y aura pas deux issues. Ce sera l’échec ou un pari relevé. Espérons que ça soit plutôt la deuxième possibilité qui l’emporte.





Dans la même rubrique