Sécurité publique : Hounnonkpè patron de la Police Républicaine

Arnaud DOUMANHOUN 5 janvier 2018

Un couronnement ! C’est le moins qu’on puisse dire après la nomination hier, par le Chef de l’Etat, de l’Inspecteur général de brigade, Nazaire Hounnonkpè au poste de Directeur général de la Police Républicaine. Toutefois, l’honneur implique une charge. Le chantier est immense, tant les défis sont énormes quand on sait que la Police républicaine doit consacrer la fusion de deux forces de sécurité publique à savoir, la police et la gendarmerie. Pour le tout premier Directeur général appelé à conduire cette barque, c’est une évidence que la tâche ne sera pas de tout repos. Et, il est aisé de constater que Patrice Talon a pris la mesure de l’enjeu en misant sur l’un des meilleurs profils qui soit.
Si l’on s’accorde objectivement à reconnaitre que la Direction de cette troupe devait revenir, en tout cas pour un début, à un élément de la police nationale, Nazaire Hounnonkpè devrait faire partie des têtes de pont. Il s’agit d’un choix de raison à plusieurs égards. Car, conseiller technique à la sécurité et chargé de mission du chef de l’Etat avant sa promotion, Hounnonkpè fut, entre autres, Directeur général adjoint de la police nationale, commissaire spécial de Dantokpa, commandant de la Brigade anti-criminalité (Bac), commissaire de l’aéroport international Cardinal Bernardin Gantin où il a efficacement œuvré à lutter contre le trafic de drogue et l’insécurité. L’on ne saurait, à moins d’être un grand chancelier de l’ordre national, lister tous ses exploits en termes de détection et de neutralisation de réseaux de gangsters. D’ailleurs, ses conseils aux côtés du Chef de l’Etat ont contribué à la maîtrise de la sécurité au plan national. Aussi, l’accalmie observée en ce qui concerne les actes de grand banditisme n’est-elle pas le fruit du hasard.
Avant l’opérationnel que les différents directeurs généraux de la gendarmerie et de la police ont su gérer avec rigueur et pragmatisme, la politique générale a, sans doute, été pensée à un palier plus élevé. Et c’est là tout le mérite du Conseiller technique à la sécurité et chargé de mission du chef de l’Etat, Nazaire Hounnonkpè qui est désormais appelé à relever de nouveaux défis à la tête de la Police républicaine.
A ses côtés, il est à noter qu’il y aura Yaya Soumaïla, Colonel de la gendarmerie promu au poste de Directeur général adjoint de la Police Républicaine. Les deux hommes auront la lourde responsabilité de conduire à bon port ce projet. Déjà, ils ont comme bréviaire, la loi n°2017-41 du 29 décembre 2017, portant création de la Police Républicaine en République du Bénin et les textes d’application qui s’ensuivront. Mais, une parfaite symbiose entre les disciples de St André et ceux de Ste Geneviève devrait être bénéfique à la sécurité nationale. Seulement, il faut à présent se demander quel Saint va désormais patronner la Police Républicaine ? André ou Géneviève ? L’essentiel, c’est la sécurité, et à Nazaire Hounnonkpè et Yaya Soumaïla de se montrer à la hauteur.





Dans la même rubrique