Situation du marché Cococodji en période de pluies : Des vendeuses, les pieds dans la boue

9 juillet 2021

Situé dans la commune d’Abomey-Calavi, le marché de Cococodji subit les affres des dernières pluies. Le parking occupé par les vendeuses est pratiquement inacessible. On y retrouve de la boue mélangée avec des déchets de toutes sortes.

De la boue. Ça occupe une bonne partie de l’esplanade de ce lieu d’échanges. Au Marché de Cococodji, les pluies rendent insupportables les conditions de vente. L’eau stagnante est jonchée de tas d’ordures, de déchets plastiques et de produits avariés. La plupart des clients qui y marquent un arrêt repartent pour la plupart le nez serré. Les vendeuses, quant à elles, sont obligés d’y rester, parce qu’elles sont liées par le gain. « La situation est critique, surtout en temps de pluie. Nous arrivons difficilement à respirer. Mais on n’a pas le choix. Puisque nous vendons pour gagner de l’argent, nous sommes obligés de rester », affirme dame Chantal, vendeuse au Parking du marché de Cococodji. Dame Assiba confie : « Les enfants vont manger. Comment vais-je faire ? Ce matin, il y a eu pluie déjà, et on est obligé d’y rester et chercher un peu de revenu. Actuellement, je ne cesse de gratter le corps, mais je n’y peux rien ».

Halte à l’hygiène alimentaire !
Au milieu de l’eau, sont exposées des produits vivriers. Cet état de chose ne rassurent pas quant à l’hygiène accordée à ces marchandises. Effrayés par les conditions d’expositions des marchandises, certains clients n’hésitent pas à aller s’approvisionner ailleurs. En plus de la hausse des prix constatée sur le marché, les clients craignent de faire un faux pas et tomber dans l’eau. La plupart se dirigent vers le marché. Pour les vendeuses, cette méfiance des clients crée la mévente. Pour cela, certaines vendeuses vont trouver une place sur le trottoir. En attendant la fin de la construction du nouveau marché, les commerçants de Cococodji appellent les autorités communales au secours.
De pasage, il y a quelques jours, la première adjointe au maire d’Abomey-Calavi, Thérèse Françoise Kora, fait le même constat. « J’ai constaté avec regret beaucoup d’absences de comodité qui rendent la tâche difficile aux occupants. Tout le marché est presque inondé, après les pluies qui se sont abattues ces derniers jours. Cela a obligé certains usagers à bouger d’un point à un autre…Je rendrai compte aux autorités qui agiront dans les brefs délais ».
Adeline SOYINOU (Stag)





Dans la même rubrique