Suite à l’assassinat d’un homme par son épouse : La sauvagerie féminine nuancée et découragée par Claudine Prudencio

13 juillet 2022

La présidente de l’Institut national de la femme (INF) a adressé un message au peuple béninois après qu’une femme a tué son époux à coup de hache à Cotonou. Un drame face auxquel Claudine Afiavi Prudencio clarifie, à travers son message, que la protection de la femme ne doit pas se confondre à la sauvagerie féminine.

Une triste nouvelle survenue à Cotonou affole les médias sociaux en début de cette semaine. Une femme a, suite à un malentendu conjugal, mis à mort son époux à coup de hache avant de se rendre dans un commissariat de police. Après la vérification de l’information, la réaction de la présidente de l’Institut national de la femme ne s’est pas fait attendre. « C’est avec une grande consternation, que j’ai reçu, par le soin de mes services, la confirmation, de ce que j’aurais souhaité être une rumeur de mauvais goût, la mort d’un jeune et brave compatriote, des suites d’une violence physique qu’il a subie de la part de son épouse. Un fait ignoble qui s’est malheureusement avéré, et qui met en émoi tout un peuple, et en ébullition la toile », a-t-elle mentionné. Dans ce message adressé au peuple béninois, Claudine Afiavi Prudencio a exprimé son ressenti, sa compassion autant aux familles et alliés qu’au peuple béninois mais surtout a rebuté tout zèle de barbarie féminine qui vient couper bras et jambes à un peuple en quête de mieux-être en harmonie parfaite. « Je souscris entièrement à la désapprobation populaire de cet acte d’une violence inouïe », désapprouve-t-elle. La présidente de l’INF a, à cette occasion, rappelé les valeurs que la femme incarne dans la société, le bien-fondé des dispositions prises pour sa promotion et sa protection. « La femme pourtant réputée porteuse de vie, mère de l’humanité, la femme reconnue pour sa douceur et son calme, face aux situations même les plus éprouvantes », a-t-elle fait remarquer. Claudine Prudencio a également précisé que « l’instrument juridique est le plus important que l’INF utilise pour assurer sa mission de protection et de promotion de la femme. Il s’agit de la loi 2021- 11 du 20 décembre 2021 portant dispositions spéciales de répression des infractions commises à raison du sexe des personnes et de protection de la femme en République du Bénin. Cette loi réprime aussi bien les violences faites aux femmes et aux filles que celles que peuvent subir des hommes, d’où l’usage de l’expression “infractions commises à raison du sexe des personnes”, même s’il est de notoriété publique, que les statistiques depuis des décennies, établissent clairement que les femmes sont plus victimes de cette catégorie d’infractions que les hommes ». Elle n’a pas manqué de réitérer l’engagement de l’INF à accomplir sa mission de protection et de promotion de la femme sans compromettre la protection des hommes et dans le respect du caractère sacré de la vie humaine, sans distinction de sexes.
Fidégnon HOUEDOHOUN (Stag)





Dans la même rubrique