Sylvestre Amoule au sujet de la révolution des drones : « C'est avec une grande satisfaction que nous accueillons l'arrivée des Drones au Bénin »

Patrice SOKEGBE 3 avril 2020

Depuis quelques années, le Bénin abrite un nouvel outil technologique qui semble révolutionner l’univers numérique. Il s’agit de l’apparition des drones qui servent à plusieurs usages. Sylvestre Amoule, spécialiste en pilotage des drones, indique, à travers l’interview ci-dessous, les nouvelles habitudes face à cette merveille technologique et les avantages qu’elle recèle. Selon lui, les drones sont timidement exploités au Bénin et il faut encourager la jeunesse à s’y intéresser. Car, dit-il, c’est un métier d’avenir.

Qu’est-ce qu’un drone ?
Un drone est un aéronef (on entend par là un objet volant) sans pilote à bord et qui est téléguidé depuis le sol par un opérateur. Rappelons que le mot drone trouve son origine en Angleterre dans les années 30 et qui signifie bourbon en français c’est à dire le mal de l’abeille. Il existe des drones aériens, des drones terrestres (souvent munis de roue) et des drones marins. Ce qui fait la puissance des Drones est qu’ils peuvent être dotés de capteurs spécifiques selon la mission à effectuer (capteur vidéo, infrarouge, acoustique etc.). Globalement on distingue les drones militaires des drones civils.

Quelle est votre impression suite à l’avènement des drones au Bénin ?
Les drones sont timidement exploités aux Benin. Mais c’est avec une grande satisfaction que nous accueillons l’arrivée des Drones au Bénin. Nous savons par exemple que c’est déjà utilisé dans le département agricole au Bénin. Le gouvernement dans sa politique de faire du Bénin un pays numérique en Afrique pourra compter valablement sur les drones.

Qu’est ce qui peut motiver l’achat d’un drone ?
L’achat d’un drone peut être motivé pour le goût du loisirs (piloter un drone a un effet très ludique) ou pour en faire une activité parallèle. En ce qui concerne le loisir, nous en tant que pilote de drones avions un goût particulier pour les courses de drones qui s’effectuent en mode FPV (First Person View). Ici le pilote de drones porte un casque et voit à travers les yeux (la caméra) de son drone comme s’il s’y trouvait. C’est un sport très pratiqué dans les pays développés.
Pour ce qui concerne les activités professionnelles parallèles nous pouvons citer l’utilisation des drones dans l’agriculture (Au cours de l’épandage ou la cartographie du sol), dans le domaine audiovisuel, dans le BTP de par leurs images uniques et dans la surveillance et la sécurité. En matière de surveillance les drones peuvent, grâce à leur capteur de détection de mouvement par exemple, être au service de la sécurité des personnes et des biens.

Peut-on en faire une activité parallèle ?
Oui. En effet devenir pilote de drones vous permet d’exécuter des prestations de drone pour des clients lors des cérémonies ou le BTP et ainsi gagner de l’argent. C’est un métier en plein essor dans les grandes nations et nous avons espoir que le Bénin dans sa logique de pays moderne en arrivera là d’ici peu.

Peut-on acheter son drone et ensuite se former au pilotage ?
Oui bien sûr. Mais il est recommandé de suivre une formation avant l’achat afin de ne pas faire crasher (détruire suite à une mauvaise manipulation au vol) son drone très vite. De plus, au regard de la réglementation et du risque de blessures graves causées aux tiers ou au pilote lui-même en cas de non maîtrise du pilotage, il est toujours recommandé de se former au préalable à l’utilisation de ces engins volants. A Bénin Drone par exemple, vous avez la possibilité d’approfondir au cours de nos formations votre connaissance au pilotage grâce à un simulateur de vol qui n’est rien d’autre qu’une application pour s’essayer au vol. Nous pouvons dire que la formation est indispensable avant la manipulation d’un drone quel que soit l’usage.

Où peut-on suivre la formation de pilotage de drones ?
Vous pouvez suivre votre formation de pilotage de drone à Bénin Drone sis à Cotonou qui offre ses formations à 70% en ligne afin de contourner la barrière de distance et de disponibilité. Notre modalité de formation est basée sur la pratique en fin de formation et sur votre opérationnalisation car nous exigeons que vous puissiez acquérir votre propre drone en fin de formation.

Quel est l’avenir du drone en Afrique et au Bénin en particulier ?
Au regard de la faible occupation de l’espace aérien en Afrique, l’utilisation des Drones représente d’énormes potentialités en Afrique. Cher journaliste cela me rappelle les smartphones... Au début nul n’aurait pu affirmer que leur utilisation serait si répandue en Afrique. Mais vous voyez le résultat. Nous sommes confiant qu’au regard des défis de l’Afrique, les drones seront une solution très intéressante à bon nombre de nos précautions.

Quels sont les avantages à se former à la fabrication et au pilotage des drones ?
Il y a des avantages incontestés. Car les drones représentent d’énormes gains en terme d’utilisation. Nous avions par exemple un de nos étudiants spécialistes en machines agricoles qui nous a expliqué toutes les peines pour réaliser l’épandage (la pulvérisation d’insecticides dans les champs) dans les champs agricoles. Or avec un drone l’épandage se fera en un temps très réduit avec un minimum de personnel. Les avantages de la fabrication et la manipulation au Bénin sont donc énormes car cela nous permettra d’apporter des solutions spécifiques à nos problèmes locaux grâce aux drones.

Peut-on affirmer que le Bénin est à la croisée des chemins ?
Bien sûr nous pouvons le dire. Car les domaines d’application du drone sont multiples et multiformes. Et le Bénin à l’instar de beaucoup de pays africains pourra compter sur l’utilisation des drones dans ce sens. La modernisation au Bénin se fera aussi avec l’utilisation systématiquement des Drones. Et c’est le moment propice pour notre gouvernement de se lancer dans l’utilisation intensive des Drones pour optimiser certaines activités.

La formation à la conception et au pilotage des drones est-elle uniquement une affaire des jeunes ?
Le drone est une Vielle technologie des années 1930 sous l’impulsion de l’armée qui cherchait à conserver la vie de ses pilotes lors des missions de collecte de renseignements en territoire hostile. C’est en l’an 2000 que les drones civils ont connu leur essor. Vu sous cet angle nous pouvons affirmer que les drones sont une affaire de tout le monde, jeune comme moins jeunes. Que ce soit pour assurer la surveillance sur ses fermes de plusieurs hectares ou pour vivre des sensations fortes une personne âgée peut aussi manipuler les drones. Car la technologie peut être une affaire de tous.
Propos recueillis par Patrice SOKEGBE





Dans la même rubrique