Traitement par des plantes médicinales : Une méthode efficace mais à risques

La rédaction 27 septembre 2021

Ancienne technique de traitement de maladie, la phytothérapie malgré l’avènement de la médecine moderne n’est pas près de perdre sa notoriété. Unique méthode de guérison en Afrique dans les temps anciens, les plantes médicinales continuent de rafler du monde dans leur univers. Sans aucun doute, ces éléments naturels possèdent toujours leurs vertus autrefois grandement sollicitées. Cependant, naturel n’étant pas égal à sans effets secondaires, les plantes médicinales ne sont pas toujours sans dangers sur la santé des patients.

18h 15 minutes. Nous sommes à Houédonou dans une zone située à quelques pâtés de maisons après le pont de Togoudo en direction de Cotonou. A peine quelques mètres de distance parcourus après le grand carrefour où les policiers étaient occupés par la régulation manuelle de la circulation, l’on aperçoit un attroupement d’une dizaine de personnes devant ce qui nous semble être une simple boutique de vente. De loin, on voit une moto se garer. La conductrice une fois descendue, s’approche de l’une des vendeuses qu’elle semble bien connaître et lance « bonsoir maman. Je veux acheter du hlinwé ». C’est alors que nous remarquons les nombreux paniers, certains posés à même le sol, d’autres déposés sur des tabourets, d’autres encore sur des briques. Ils contenaient des feuilles vertes, des feuilles sèches, des écorces, des racines d’arbre. Les personnes debout sur place n’étaient donc rien d’autres que des usagers venus se procurer de plantes médicinales. Trois, voire cinq clients chez une vendeuse en attendant d’être servis. Aux alentours, c’est quasiment la même scène chez les autres. Ceux-ci ne semblent guère s’inquiéter de la nuit qui commence à tomber. Arnaud, un usager interpellé dans le lot, confie avoir l’habitude d’utiliser les plantes médicinales pour traiter ses problèmes de santé en raison des nombreuses potentialités que regorgent ces dernières. « Vous savez, il y a des plantes dont on connait les vertus, des plantes qu’on sait que leur spécialité c’est de traiter les maladies. Donc quand je sens que je veux tomber malade, je viens ici acheter la partie de plante qu’il faut pour traiter mon mal au lieu d’aller dépenser assez d’argent à la pharmacie. Ici avec 300f, 500f, le jeu est réglé », fait-il savoir. Sans doute, les plantes médicinales sont non seulement moins coûteuses mais aussi seraient efficaces dans le traitement des affections. D’ailleurs, selon les Hommes du corps médical, toutes les pathologies ont potentiellement de solution avec les plantes médicinales. Ayant servi à la fabrication des médicaments, ceux-ci estiment qu’elles contiennent des « molécules médicales », capables de guérir des troubles de santé. En témoigne Raphaël Tchibozo, un jeune technicien : « Pour mon expérience, les plantes médicinales sont efficaces pour traiter les maladies. Moi, lorsque je fais l’effort de me traiter par la tisane, je fais bien mes besoins. A la fin du traitement, je me sens bien et j’ai l’impression que je suis guéri ». Il est soutenu dans ses propos par Agathe, une vendeuse de feuilles médicinales qui explique que les tisanes à base de plantes médicinales jouent un rôle semblable à celui des perfusions. « Certains médicaments jouent le rôle de calmant. Mais contrairement à eux, les plantes au-delà de leur capacité à calmer la maladie, font la même chose que les perfusions dans le corps d’un patient. En buvant les infusions de plantes médicinales, les substances médicales qu’elles contiennent provoquent l’évacuation vers l’extérieur de l’organisme de l’élément pathogène à l’origine de la maladie à travers les selles et les urines. Ainsi, au terme du traitement, le patient est guéri », a-t-elle souligné.

Un moyen de prévention
Outre le caractère guérisseur que leur confèrent les substances médicales qu’elles contiennent, les plantes médicinales peuvent aussi servir de prévention contre des maladies à l’avis de quelques personnes interpellées sur le sujet. « Quand j’étais petite, ma mère faisait boire mes frères et moi de la tisane tous les matins avant notre départ pour l’école. Elle disait que c’est sa manière à elle de nous prévenir de petites maladies », fait savoir Sophie, une grand-mère. D’ailleurs, Euned Lokossou, un assistant pharmacien a évoqué cet aspect de la chose dans une interview ayant rapport au sujet. « Il y a des plantes qui permettent de prévenir des maladies. Par exemple le kinkéliba permet de prévenir les maladies liées au foie et aux reins. Il y a aussi la consommation régulière de l’oignon qui permet de prévenir la survenue du diabète ». A l’en croire, les plantes médicinales ont bien plus de vertus que ce qu’on aurait imaginé.
D’après les informations reçues des recherches effectuées sur le sujet, la phytothérapie réduit la prise de médicament et épargne le pratiquant les dangers que peut engendrer son usage à longue durée. « L’intérêt de certaines plantes, à bien choisir car elles ne sont pas toujours sans risque, est de limiter la prise de médicaments de synthèse et de permettre une décroissance médicamenteuse », peut-on lire dans un article publié sur un site internet de santé.

De possibles dangers liés la phytothérapie
Selon les recherches documentaires menées sur le sujet, les plantes ne sont pas toujours des remèdes inoffensifs. Bien qu’elle soit utilisée pour venir à bout de nombreuses maladies, elles ne sont pas en mesure de guérir toutes les pathologies. Des informations glanées ici et là, on retient que les plantes ne sont pas fiables dans le traitement des maladies chroniques. « On ne soigne pas le cancer par la phytothérapie. En revanche, il est possible d’accompagner la prise en charge des effets secondaires liés aux traitements », précise le Dr Paul Goetz, Médecin phytothérapeute dans un article publié sur le site internet Le Figaro Santé à travers le lien https://amp-sante.lefigaro.fr/article/phytotherapie-la-medecine-par-les-plantes-suscite-un-regain-d-interet/. Des spécialistes en phytothérapie soutiennent que les plantes constituent un risque pour les personnes souffrantes de maladie chronique. Etant composées de plusieurs autres substances médicales, elles pourraient à la longue créer d’autres maux pour le patient.
Considérée comme une méthode naturelle, il s’avère impératif de comprendre que la phytothérapie ne doit pas être improvisée. En effet, l’improvisation d’une infusion de plante ou celle de sa dose peut avoir des conséquences très dommageables sur les organes vitaux, le foie et les reins surtout. D’après l’assistant pharmacien Euned Lokossou, le réel problème n’est pas l’inefficacité des plantes. Bien au contraire, elles sont très efficaces. Mais, « le danger est que la plupart de ceux qui l’utilisent ne maîtrisent pas les doses auxquelles elles doivent être administrées. Ces personnes sont fréquemment exposées à des épisodes de toxicité qui, en s’accumulant, deviennent de réels problèmes pour les reins et le foie ». S’informer davantage sur la plante à utiliser pour un traitement avant tout usage est donc important.

Des précautions s’imposent
Au regard des éventuelles répercutions qu’elle peut avoir sur la santé humaine, la médecine par des plantes s’avère être une méthode à manier avec prudence. Certains pratiquants, proposent de recourir aux spécialistes du domaine pour avoir des informations relatives aux plantes dont ils prévoient faire usage. « Je conseille de chercher à savoir auprès des botanistes, des phytothérapeutes ou des pharmacologues, les maux et les doses auxquelles sont administrés les remèdes avant d’en faire usage », a suggéré une source anonyme.
En ce qui concerne le traitement par les médicaments, l’assistant pharmacien, insiste sur l’association de cette méthode à la phytothérapie. Ce dernier fait comprendre qu’il ne faudra pas utiliser simultanément plantes et médicaments pour guérir une maladie. « Etant donné qu’on ne maîtrise pas les interactions qui peuvent surgir entre les deux types de traitement, ils serait très risqué pour le patient de les associer pour traiter un mal », a notifié le docteur en pharmacie. Cependant, il n’a pas manqué de préciser que les personnes sous traitement devront consulter leur médecin traitant avant d’utiliser un remède qu’il soit médicaments modernes ou médicaments à base de plantes au risque d’aggraver le mal.
Nadine Behanzin (Stag)





Dans la même rubrique