Ulcère gastroduodénal : Interdits et prescriptions pour un mal qui se généralise

7 avril 2022

L’ulcère gastroduodénal est un mal qui touche de plus en plus de personnes au Bénin, mais il n’y a pas de statistiques exactes puisque la plupart des Béninois ne se rendent pas dans un centre de santé pour se faire diagnostiquer.


Hubertine, jeune dame d’environ 26 ans, souffre d’un mal, dont elle ignorait l’origine, depuis quelques années. Mais après le diagnostic, elle découvre qu’elle a développé l’ulcère gastrique. Elle partage son expérience. « Avant le diagnostic, j’avais souvent des remontées gastriques quand je ne mangeais pas à temps. Ou quand je prenais quelque chose d’acidulé, j’avais des brûlures d’estomac et des douleurs dans la poitrine. J’ai eu ma première crise, parce que je n’ai pas pu manger avant 17h. Cela a commencé par de légers maux de ventre. Je ressentais des douleurs dans la poitrine, j’avais très mal en plus de la sensation de faim. J’avais la nausée et je crachais. Je me sentais très faible ». Après examen chez un médecin généraliste, il a été révélé que Hubertine avait un ulcère gastrique. Celui-ci l’a encore orienté vers un autre médecin afin de confirmer le diagnostic. Ce dernier lui recommande de manger avant 8h du matin, lui a prescrit du lansec et l’a mise sous traitement de deux semaines. « Je devrais prendre le médicament 30 minutes avant le repas. Le mal s’est un peu calmé. Depuis lors, j’ai toujours ma boite de lansec avec moi en cas de douleur », ajoute-t-elle. Faridath, la trentaine environ, souffre aussi de la même maladie depuis 2014. Malgré les traitements qu’elle subit, le mal persiste. « Je n’ai jamais eu une satisfaction totale. Les médecins m’ont interdit de rester affamée, d’éviter également le stress. Personnellement, quand je fais des crises, j’ai très mal à la poitrine, je n’arrive même pas à porter de soutien-gorge, j’ai aussi la diarrhée. Depuis 8 ans, c’est le lansec que je prends, j’ai essayé d’autres médicaments en vain », se plaint-elle. Quant à Myriam, agent commerciale dans une structure de la place, elle vit avec le mal depuis les cours secondaires. « J’utilise soit du lansec soit de l’oméprazole ; parfois aussi je croque de l’hydroxyde d’aluminium. Je ne suis pas totalement guérie. Quand je prends du gari ou du piment, ça se déclenche. J’ai entendu dire que les feuilles de manguier séchées peuvent être consommées sous forme d’infusion aidant à soigner l’ulcère », décrit-elle.

Avis d’un spécialiste

Dr Donald Djonlonkou est Médecin généraliste. Il explique les manifestations liées à l’Ulcère gastrique ou duodénal. Il indique que l’ulcère est une destruction de la paroi digestive pouvant atteindre la musculeuse. Pour information, la paroi gastrique (estomac) est constituée de plusieurs couches à savoir la muqueuse, la sous muqueuse et la musculeuse. Il fait ensuite la distinction entre l’ulcère gastrique et l’ulcère duodénal. Selon lui, les ulcères gastriques sont des plaies dans la paroi de l’estomac alors que les ulcères duodénaux sont des plaies qui apparaissent dans la première partie de l’intestin grêle appelée duodénum. « C’est la région ou les aliments sont digérés après leurs passages dans l’estomac », explique-t-il
Dr Donald Djonlonkou estime que l’ulcère résulte du déséquilibre entre l’agression chlorhydro-peptique et les mécanismes de défense de la paroi gastrique. En effet, l’estomac sécrète une substance gélatineuse appelée Mucus qui tapisse la paroi gastrique et la protège. C’est une sécrétion riche en bicarbonate qui permet de neutraliser l’acidité gastrique l’empêchant ainsi d’altérer les différentes couches de l’estomac. C’est une maladie dont le diagnostic repose sur un examen appelé fibroscopie. Cet examen permet de faire le diagnostic et nous situe sur le type d’ulcère dont souffre le patient. Si non généralement les deux types d’ulcère se manifestent de la même manière.

Causes de l’ulcère

Selon le médecin, l’ulcère est dû à une infection à l’helicobacter pylori, une bactérie qui stimule la sécrétion acide de l’estomac. La consommation excessive de certains médicaments non stéroïdiens comme l’aspirine, l’ibuprofène ou le diclofénac. Il y a aussi des glucocorticoïdes (la prednisone, dexaméthasone) qui favorisent la survenue des douleurs brutales et fréquentes appelées des crises d’ulcère. La consommation du tabac augmente également la sécrétion d’acide dans l’estomac et fragilise la muqueuse duodénale en diminuant la sécrétion de bicarbonate. En ce qui concerne l’hérédité, certains documents rapportent qu’il existe une prédisposition familiale. L’ulcère peut également survenir chez les personnes atteintes de plusieurs troubles médicaux.
« L’ulcère se manifeste par des douleurs épigastriques (au niveau de la partie supérieure du ventre) ; des douleurs à l’abdomen plus précisément entre le sternum et le nombril. Ces douleurs se manifestent généralement chez des personnes à jeun ou qui viennent de manger quelque chose d’acide ou d’épicé. Des douleurs de type crampes souvent rythmées. Quelques complications de l’ulcère se manifestent par une hémorragie digestive qui fait que les patients peuvent commencer par vomir ou chier du sang. Les ulcères sont avant tout des plaies qui peuvent saigner. Ces saignements peuvent être moyens ou abondants. A la longue, cette plaie peut cicatriser ou entrainer une obstruction du tube digestif ou sténose, ce qui nécessite une intervention chirurgicale et cette perforation peut se produire du jour au lendemain sans aucun signe annonciateur ; ce qui peut conduire au cancer de l’estomac », indique-t-il.

Ulcère et alimentation !

D’après Dr Donald Djonlonkou, une personne qui souffre de l’ulcère doit régulariser son alimentation, supprimer de ces habitudes alimentaires l’alcool, le tabac, les aliments acides (le citron ou autre), diminuer voire supprimer la consommation de certaines épices comme le piment, le poivre, la moutarde et autres ; éviter les médicaments anti inflammatoires. « Un patient qui souffre d’ulcère doit avoir dans sa boite à pharmacie de l’anti acide un peu comme l’hydroxyde d’aluminium. On entend souvent dire que prendre de l’eau glacée aiderait en cas de crise mais en réalité l’eau glacée ne va pas calmer les douleurs mais peut diminuer l’acidité. On peut aussi utiliser une solution à base de bicarbonate de sodium sur le moment car c’est une solution alcaline. En cas de crise d’ulcère, il urge de se rendre dans le centre de santé le plus proche pour une prise en charge », ajoute-t-il.
Du point de vue alternatif, Dah Ahouankou-Gbédénankpoa dit ‘’Avakou’’, tradi-thérapeute, affirme que l’ulcère peut être guéri traditionnellement grâce à une plante appelée ‘’Orgueil de chine’’. C’est une plante antibiotique dont les racines sont utilisées pour un traitement de l’ulcère. Il y a également d’autres procédures qui nécessitent l’utilisation de feuilles, d’écorces ou même des fruits afin d’obtenir une potion qui permet aux parties endommagées de l’estomac ou du duodénum de se régénérer.

Yasmine ALONOMBA (Stag)





Dans la même rubrique