Relai de plaidoyer dans le département de l’Alibori : Enfants et jeunes préoccupés par leur exploitation à des fins économiques

Patrice SOKEGBE 22 novembre 2021

« Notre place est à l’école et non dans la rue ». C’est le message fort de Abdoul Wakil Baba Agba, Président de l’Union départementale des Maires enfants de l’Alibori à l’endroit du Préfet de l’Alibori Ahmed Bello Ky-Samah, à l’occasion du relai de plaidoyer des enfants et des jeunes dans ce département. C’était le samedi 20 Novembre 2021 à la Direction Départementale de la santé de Kandi, dans le cadre de la célébration du 75è anniversaire de l’Unicef et de la 32è édition de la journée mondiale des enfants.

Selon Abdoul Wakil Baba Agba, les enfants sont constamment victimes de toutes formes d’abus et d’injustice. « Les enfants sont exploités économiquement. La mendicité est un phénomène qui encourage la maltraitance des enfants, la non scolarisation, la prolifération des maladies et la malnutrition des enfants. Plus de 50 enfants sont actuellement dans les rues de Kandi ici aux abords de nos axes, à la recherche de la nourriture, de l’argent ou autres pour des adultes. Certains parents et leaders religieux sont des blocages pour la réalisation de nos droits par ce phénomène qui handicape le développement dans le département de l’Alibori », a-t-il exposé, tout en plaidant pour qu’un mécanisme de surveillance soit mis en place pour une meilleure application de l’arrêté préfectoral qui interdit le phénomène de mendicité dans les communes de l’Alibori.
Afissou Sabi Yagou Orou G., Représentant des jeunes de l’Alibori, a pour sa part plaidé pour l’intensification de la lutte contre les mariages forcés et précoces, l’élimination du phénomène des enfants Talibé, la création d’espace de loisirs et de dialogue pour les jeunes, la création de cyber-cafés pour les jeunes.
Conscient de l’enjeu, le Préfet de l’Alibori, Ahmed Bello Ky-Samah a pris l’engagement, à travers la signature d’une lettre de plaidoyer, de répondre aux cris de cœur des enfants et des jeunes de son département. « Nous savons que l’Alibori est la ceinture cotonnière du Bénin, le grenier du Bénin. Mais derrière, il y a des actes que nous vivons au quotidien. Ce sont des enfants en bas âge qui devraient être à l’école qu’on retrouve au cœur des activités agropastorales. Ils exécutent des travaux d’une pénibilité inouïe dans les champs et les fermes. Au-delà de cela, au nom de la religion, il n’est pas rare de voir des enfants qui sont sous le joug de certaines personnes qui devraient normalement les protéger, mais qui les incitent à la mendicité. Malgré les engagements par les prédicateurs, le drame persiste….Nous devons mettre la pression sur ces prédicateurs et les rappeler à leur devoir… », a-t-il déploré.
Après avoir témoigné sa gratitude au Préfet pour sa disponibilité, la représentante de la représentante de l’Unicef au Bénin, Marion Desmurger a expliqué que cette action entre dans le cadre de la célébration du 75è anniversaire de l’Unicef et de la 32è édition de la journée mondiale des enfants. A l’en croire, ce relai, lancé dans le département de l’Atacora prendra par tous les départements du Bénin, et sa fin sera marquée par la transmission de la compilation des lettres de plaidoyer des enfants et des jeunes au Chef de l’Etat ou à son représentant.





Dans la même rubrique