Visite du complexe touristique « Agoualand » à Togba : Patrice Talon admiratif du génie de la famille Agoua

Moïse DOSSOUMOU 4 octobre 2021

Vendredi 1er octobre 2021. Commune d’Abomey-Calavi. Arrondissement de Togba. Agouacomey. Complexe touristique Agoualand. Un invité de marque s’annonce. En cette matinée arrosée par une fine pluie, Patrice Talon fait son apparition dans ce temple de la nature où la faune et la flore communient dans une parfaite harmonie. Accueilli par le promoteur Edmond Agoua entouré de sa petite famille, le chef de l’Etat avait à ses côtés Jean-Michel Abimbola, ministre du tourisme et de la culture, José Tonato, ministre du cadre de vie, Gaston Dossouhouin, ministre de l’agriculture, Hervé Hehomey, ministre des travaux publics. S’ensuit une visite guidée du site qui a duré plus de 2h d’horloge. En initiant ce projet, la famille Agoua nourrit l’ambition de participer au renchérissement de l’offre touristique par la création d’un cadre naturel, ludique, instructif, attractif et reposant. Démarré en 1989 sur fonds propres et avec les concours financiers d’amis et des banques, ce complexe, étendu sur environ 10ha, est aujourd’hui un espace viabilisé, capable d’accueillir 1000 personnes à la fois.

Un projet ambitieux

« C’est un véritable challenge », s’est exclamé Patrice Talon à la vue des lourds investissements consentis. En effet, en dehors des grands lodges d’Afrique du Sud, de la Tanzanie et du Kenya, le complexe zoologique et touristique Agoualand veut être le seul parc en Afrique subsaharienne à détenir une gamme diversifiée d’animaux rares. Aux touristes nationaux et étrangers, il est proposé la découverte animalière, la découverte culturelle par la présentation des diverses spécificités du Bénin (danses cérémonielles, ballets, expositions…), un parc d’attraction grandeur nature, des zones de plaisance et d’hébergement (120 chambres), des aires de jeux naturels, mobiles et immobiles, des salles de jeux, de cinéma, des aires et scènes pour des concerts, des manifestations théâtrales et culturelles, des supermarchés, des maquis et restaurants… Au système éducatif, notamment pour les universités, le complexe se présente comme un centre d’excellence, un cadre idéal qui vient combler un grand vide pour les sorties pédagogiques, les recherches et les stages pratiques. Ce centre qui fait la promotion de l’écologie joue également un grand rôle dans la protection, la survie, la reproduction et la pérennité des espèces animales menacées de disparition.

Une faune riche et diversifiée

Le zoo d’Agoualand est un concentré d’animaux exotiques en cage ou dans la nature. L’autruche, le cygne blanc, le pélican noir, l’aigle royal, le charognard, l’épervier, le hibou, le perroquet, le marabout d’Afrique, le corbeau, le faucon, le babouin, le singe à ventre rouge… pour ne citer que ceux-là s’y trouvent en différentes espèces. Au nombre des reptiles, on retrouve la vipère, le boa, le python, le caïman, le varan, le naja… Le lynx, la civette, le mulet, le zébu… y ont également leur place. Dans la catégorie la plus attractive, celle des félins, le lion blanc, le lion fauve, le tigre blanc, la hyène, le jaguar et la panthère se disputent la place d’honneur. Dans quelques semaines, d’autres animaux qui suscitent une grande curiosité rejoindront le site. Il s’agit de l’éléphant, de l’hippopotame, du buffle, de la girafe, du zèbre, du chimpanzé, du guépard…

Satisfaction du chef de l’Etat

Emerveillé par tout ce charme et le génie de la famille Agoua qui a décidé d’investir dans un domaine délaissé par les opérateurs économiques, Patrice Talon qui voit se réaliser ainsi un pan de son programme d’actions dans le domaine de la culture et du tourisme a félicité le promoteur. « Le courage de la famille AGOUA est admirable. L’expertise est déjà une réalité… toute chose qui mérite l’accompagnement de l’Etat ». Venu un peu en éclaireur, le chef de l’Etat a contemplé ces merveilles de la faune et de la flore réunies en seul lieu. Tout comme lui, le grand public déjà impatient, aura l’occasion de vivre la magie de Agoualand à partir du 16 novembre prochain.





Dans la même rubrique