Can Egypte 2010 : Qualification pour les huitièmes de finale : Les Ecureuils à 90 minutes d’un exploit historique !!!

Ambroise ZINSOU 1er juillet 2019

Après le précieux nul (2-2) face aux Black Stars du Ghana le 25 juin dernier lors de la première journée des matches de poules du Groupe F dans le cadre de la 32è édition de la Can Egypte 2019, les Ecureuils du Bénin ont concédé samedi dernier au stade d’Ismaïlia un deuxième nul (0-0) face à la Guinée Bissau, l’autre petit poucet du groupe. Avec 2 points au compteur, Michel Dussuyer et ses poulains sont condamnés à l’exploit demain face au Cameroun s’ils espèrent une place en huitièmes de finale.

Dans un stade d’Ismaïlia surchauffé par des supporters béninois qui ont cru jusqu’au bout à une victoire de leur équipe, les Ecureuils du Bénin ont été refroidis par une équipe de la Guinée Bissau très joueuse et qui a fait montre de solidarité et de solidité dans son jeu. Faisant confiance à son onze de départ face au Ghana lors de la première journée des matches de groupe, Michel Dussuyer avait également bénéficié du retour de suspension de son emblématique capitaine et meneur de jeu, Stéphane Sessegnon. Et dans un système de 4-1-4-1 qui a fini par se transformer en 4-3-3 sur les actions de contre-attaque et en 4-5-1 en cas de défense, les Ecureuils n’ont jamais réussi à trouver la faille. Sur l’ensemble de la rencontre, les Ecureuils se sont procuré trois véritables occasions de but. Jordan Adeoti a eu la première occasion de but à la 12è minute de jeu sur un corner tiré de la droite vers la gauche par Cèbio Soukou. Le milieu de terrain béninois a coupé la trajectoire au premier poteau. Steve Mounié va bénéficier à la 37è minute de jeu d’une passe en profondeur de Stéphane Sessegnon. Mais sa frappe dans l’angle fermé ne fera pas mouche. Seules ces deux occasions constituaient le plat de résistance d’un match à peine passable en première partie. De retour des vestiaires, Stéphane Sessegnon et ses partenaires vont toujours chercher la faille. Mais ils vont encore se heurter à une équipe bissau-guinéenne mal inspirée en attaque mais très solide en défense. A la 75è minute, Steve Mounié bien servi par Stéphane Sessegnon sur un coup franc va mettre le ballon de la tête au-dessus des buts de Jonas Mendes qui a passé une soirée tranquille.

Réaliser l’exploit face au Cameroun
Le Bénin joue son troisième match demain face au Cameroun champion d’Afrique qui compte 4 points et qui n’est pas encore totalement qualifié pour les huitièmes dans ce groupe F où tout est encore possible. Une mission qui s’annonce difficile mais pas impossible pour Michel Dussuyer et ses poulains qui devront batailler dur pour gagner leur premier match à une phase finale de la Can. Et l’adversaire qui se dresse sur le chemin n’est pas des moindres. Une victoire du Bénin face au Cameroun le ramène à 5 points et lui ouvre les portes des huitièmes. Si les Ecureuils ont pu contraindre les Black Stars au nul, ils pourront créer la grosse surprise en disposant des Lions indomptables qui, malgré leur maîtrise de jeu n’ont pas réussi à se surpasser pour gagner le Ghana. Une victoire pour le Bénin est impérative certes, mais il faut reconnaître que le Cameroun dispose aujourd’hui d’un effectif qui fait rêver. D’un football atypique, l’équipe fait preuve désormais d’un fond de jeu et produit de jeu. Clarence Seedorf a abattu un travail formidable au sein de cette équipe dont les critères ne sont plus forcément la constitution physique et l’endurance. Le technicien néerlandais mise beaucoup plus la technique en mettant en place un plan tactique bien huilé. Les Ecureuils du Bénin prendront ainsi leur destin en main pour les surprendre.
Impressions d’après-match

Michel Dussuyer (Coach des Ecureuils)
« On a manqué par moment d’impact physique et d’un peu de justesse face à la Guinée-Bissau. Mais on n’est pas encore éliminés. On est toujours en vie dans ce Groupe F. On a un troisième match à jouer et ce sera difficile parce qu’on va affronter le champion d’Afrique en titre qui n’est pas encore qualifié. C’est une situation frustrante lorsqu’on regarde la poule, l’adversaire a priori le plus abordable, c’est la Guinée-Bissau. Il y a donc beaucoup de regret de ne pas avoir obtenu cette victoire ce soir. Bon, c’est ça ».

Jordan Adeoti (Milieu du terrain des Ecureuils)
« … On est déçus. On savait que la Guinée-Bissau était pour nous un adversaire direct dans cette compétition. On avait à cœur de gagner. On a eu une mauvaise première mi-temps. A la fin du match, ils étaient bien plus fatigués que nous. On s’est créé des occasions de but. Malheureusement, on ne les a pas mises au fond. Il y a beaucoup de frustrations. Et on en est conscient. Il reste un très gros match face au Cameroun, le tenant du titre. Ça va être difficile. Mais nous croyons en nos chances. La qualification est donc possible… ».
Depuis Ismaïlia, Ambroise ZINSOU, envoyé spécial



Dans la même rubrique