Changement du nom "Ecureuils" pour "Ratel" : Un manque d’ambition pour le sport roi au Bénin

La rédaction 1er mars 2022

Si le gouvernement arrivait à entériner la proposition de la Fédération béninoise de football, d’ici peu, la dénomination ‘’Ecureuils’’ de l’équipe nationale du Bénin serait jetée à la poubelle de l’histoire. Les Béninois et internationaux devront s’habituer à une nouvelle appellation : Les ‘’Ratels’’ du Bénin. Déjà, cette décision a reçu un écho favorable lors d’une séance de travail tenue par le Comité Exécutif de la Fédération Béninoise de Football, ce lundi 28 février 2022. Totalement méconnu de la majorité des Béninois, cet animal, qui pourrait être le symbole du 11 national béninois suscite moult interrogations et une curiosité accrue. Mais à y voir de près, le ratel est un mustélidé (mammifères caniformes carnivores) répandu dans la région allant du nord de l’Inde à la péninsule arabique et dans toute l’Afrique subsaharienne à l’exception de Madagascar. Il est réputé pour son comportement féroce et particulièrement tenace ainsi que pour son endurance. Il mesure généralement entre 55 et 77 cm et peut vivre jusqu’à 24 ans. Il serait l’un des animaux les plus agressifs aujourd’hui au monde. Il va sans dire que le Ratel est minuscule mais majestueux. Certains témoignages laissent entendre que l’animal sauvage, bien que petit de taille, est plus dangereux et tue le lion et d’autres animaux sauvages dans la forêt. Par analogie, cela traduit que le Bénin, aussi minuscule soit-il, peut tutoyer les grandes nations et remporter des victoires.

Au-delà du nom, le travail
Selon divers témoignages, il a fallu que le Bénin élimine le Maroc (les Lions de l’Atlas) en 8è de finales de la Coupe d’Afrique des Nations en 2019 pour que le monde entier se rende compte de son existence sur la carte. Bien avant cela, les Ecureuils ont battu les Fennecs d’Algérie lors des éliminatoires de la Can en 2018. Par définition, un Fennec est un renard des sables. Mieux, l’équipe nationale de France qui s’appelle “’Le Coq sportif’’ a quant à elle remporté deux coupes du monde. Plus loin, il a fallu plusieurs décennies de travail, d’organisation et d’endurance pour que les ‘’Lions de la Teranga’’ remportent la Coupe d’Afrique des Nations édition 2021. La seule et unique leçon à tirer de tous ces exemples, c’est bel et bien le travail et le travail bien fait. Il serait inutile donc de se cacher derrière un nom pour croire qu’on peut faire peur aux adversaires. La preuve, ce ne sont pas des animaux qui jouent sur la pelouse, plutôt des hommes dotés de capacités techniques individuelles et surtout collectives pour gagner les équipes adverses.
En ce moment, le Bénin est programmé pour disputer des matchs amicaux. Alors, la préoccupation majeure serait de trouver immédiatement un entraineur digne du nom, plutôt que de s’intéresser à un changement de nom qui n’apporte aucune plus-value à l’équipe nationale. Les questions essentielles sont mises, comme cela peut se constater, de côté. En définitive, ne soyons pas surpris que notre équipe nationale s’appelle Ecureuils ou Ratel et que pourtant les mêmes causes produisent les mêmes effets.
Richard AKOTCHAYE





Dans la même rubrique