Compétition pascale : La Sobebra relance le cyclisme béninois

Isac A. YAÏ 6 avril 2021

Après quelques mois de trêve due au Coronavirus, les cyclistes béninois reprennent la route. Ceci grâce à la Société béninoise de brasserie (Sobebra) qui a initié à leur intention une compétition pascale. Cette compétition qui ouvre la saison du cyclisme s’est déroulée sur la route des pêches à Cotonou. Venus de plusieurs clubs et toutes catégories confondues, les cyclistes ont manifesté leur joie de reprendre le vélo. Ainsi, dès le lancement de la course, une échappée de trois cyclistes s’est observée. La masse se disloque en fonction de la rapidité des coureurs. La course s’anime sous les applaudissements du public en guise d’encouragement. « Il n’est pas facile de pédaler. Il faut donc les encourager », reconnaissent quelques spectateurs. Au fur et à mesure que les tours se multiplient et que les kilomètres se dévorent, le trio, tête du peloton creuse davantage l’écart et se confortent dans sa position. Les ravitaillements se font pour se désaltérer et s’hydrater afin de reprendre des forces. Après 11 tours qui équivalent à 40 kilomètres, Glorad Saïzonou franchit la ligne d’arrivée au bout de 1h 20mn 02s pour une vitesse moyenne de 30km/h. il devient ainsi le vainqueur de la catégorie junior de cette compétition. « Je suis vraiment fier d’avoir occupé cette première place. Je peux dire que c’est le résultat de mes entrainements car, j’ai l’habitude de parcourir 60 à 70 km pour m’entraîner. Donc, 40 km pour cette compétition, elle n’a pas été trop difficile pour moi », a-t-il déclaré.
Pendant ce moment, les élites dames et hommes continuent la compétition. Les vélos se dépassent et les coureurs démontrent leur volonté de rester dans la compétition le corps trempé de sueur. La fatigue se lit sur les visages, mais la course est loin d’être terminée. D’autres cyclistes, rattrapés par l’échappée, sont disqualifiés. Après 16 tours équivalant à 60 kilomètres, Faridath Ahouandjinou franchit la ligne d’arrivée avec au compteur 1h 24mn 30s. « Au début de la course, j’ai été à l’échappée avec les hommes, cela m’a beaucoup aidée car, j’ai pu garder la tête jusqu’à la fin. Je suis donc très contente », a-t-elle fait savoir.
L’espace est alors dégagé pour les élites hommes qui poursuivent la compétition. Mais jusque-là, le trio de la tête du peloton qui s’est détaché depuis le début de la course n’est toujours pas inquiété. Au contraire, il creuse de plus en plus l’écart et provoque la disqualification de certains athlètes. Après 27 tours, soit 100 kilomètres, Idrissou Bachiki franchit la ligne d’arrivée avec 2h 18 40s pour une vitesse moyenne de 42,73km/h. « Dès le début de la course, nous avons su qu’il y a le vent, nous avons donc placé l’allure en bloc entre 45 et 48 km/h. Cela a créé une cassure au niveau du peloton. Ce qui nous a permis de prendre la tête à trois du début jusqu’à la fin », a-t-il déclaré.

Impressions
Romuald Hazoumè, Pdt/ Fédération béninoise du cyclisme

La course a été bien animée avec une échappée du début à la fin. Cette échappée a résisté à l’attaque des autres derrière qui n’ont pas pu les rattraper, c’est une très bonne chose. Il faut de l’animation dans une course et on constate que nos coureurs commencent à avoir du niveau. Ce qui leur manque, c’est l’audace de gagner à l’extérieur.
Après cette ouverture de saison, nous aurons à organiser le tour du Bénin mais avant, il y aura d’autres courses. Le tour du Bénin enregistrera la participation des équipes étrangères. Ce tour commencera à Boukoumbé. Notre pays a de belles routes maintenant, il faut donc aller à leur découverte.

Papoen Osho, Coach national

Ça fait plaisir car, cela fait longtemps qu’on attendait cette compétition. Le système est donc déclenché pour les fois à venir. Les coureurs béninois sont au top niveau, ce qui leur manque ce sont des compétitions au niveau national et cela vient de commencer.
La course a été très bonne mais l’échappée ne m’a pas trop fait plaisir car, c’est une échappée de trois coureurs, il y a deux qui sont rentrés du Mali il y a deux semaines et un qui n’était pas au Mali. Lui, il devrait occuper la première ou la deuxième place. Mais malheureusement, il a occupé la troisième place. L’essentiel est que l’ouverture de la saison ait eu lieu, le reste rentrera dans l’ordre progressivement. Cette course a eu lieu en bordure de mer, cela veut dire le vent était contre eux. Ils ont donc pédalé contre le vent ce qui est très difficile. La moyenne n’était donc pas mal. Si cela continue comme cela, on aura de très bons résultats lors des tours internationaux.

Idrissou Bachiki, Vainqueur élite homme
Dès le début de la course, nous avons su qu’il y a le vent, nous avons donc placé l’allure en bloc entre 45 et 48 km/h. Cela a créé une cassure au niveau du peloton. Ce qui nous a permis de prendre la tête à trois du début jusqu’à la fin. Cette course n’a pas été facile car, déjà à 50 km, je me sentais fatigué. Je me suis donc ravitaillé pour pouvoir terminer premier.
Le tour du Bénin s’annonce, mais je peux vous dire qu’il nous reste beaucoup à faire car, nous avons été au Mali pour la 9ème édition du tour du Mali, nous avons vu le niveau des adversaires maliens et burkinabé, il nous faut donc beaucoup travailler pour tenir tête à nos adversaires lors du prochain tour du Bénin.

Faridath Ahouandjinou, vainqueur élite dame

Au début de la course, j’ai été à l’échappée avec les hommes, cela m’a beaucoup aidée car, j’ai pu garder la tête jusqu’à la fin. Je suis donc très contente. J’ai eu cette performance, car, je me suis beaucoup entraînée.

Glorad Saïzonou, vainqueur junior
Cette compétition n’a pas été trop comp

liquée pour moi, car j’attendais ce genre de course il y a très longtemps. Je le dis parce que c’est seulement cette année qu’une telle compétition a été initiée à l’intention des coureurs juniors grâce au président de la fédération du cyclisme. Je suis vraiment fier d’avoir occupé cette première place. Je peux dire que c’est le résultat de mes entrainements car, j’ai l’habitude de parcourir 60 à 70 km pour m’entraîner. Donc, 40 km pour cette compétition, cela n’a pas été trop difficile pour moi. Je ne sous-estime pas mes adversaires, mais pour ma catégorie, je n’ai pas encore trouvé quelqu’un qui peut mieux faire que moi.





Dans la même rubrique