Prestations des clubs béninois en compétitions Caf Les grandes leçons

Isac A. YAÏ 14 août 2019

Le week-end écoulé, deux clubs béninois étaient en compétition dans le cadre des tours préliminaires des compétitions statutaires de la Confédération africaine de football (Caf). Il s’agit d’Esae Fc de Cotonou en Coupe de la Caf et des Buffles Fc du Borgou en Ligue africaine des champions. Au terme de la manche aller, place aux enseignements.

Vainqueur de l’Asc Snim par le score sans appel de 5 buts contre 0 samedi dernier à Nouakchott en Mauritanie, Esae Fc de Cotonou a pris une très bonne option pour la qualification au second tour des préliminaires de la Coupe de la Caf. Après cette manche aller, le club universitaire se voit ouvrir à 90% les portes du second tour où l’attend un adversaire gros bras, Salitas Fc du Burkina Faso. En attendant la manche retour sous quinzaine, Esae Fc pourrait être déjà en train de préparer la double confrontation avec Salitas Fc. En cas de succès, le club de Cotonou, vainqueur de la Coupe du Bénin va franchir un palier important qu’aucun club du Bénin n’a pu passer depuis plus d’une vingtaine d’années. Le dernier, c’est l’As Dragons de l’Ouémé et cela remonte en 1987. Alors vainqueurs de la Coupe du Bénin, les Dragons de l’Ouémé ont eu leur meilleur parcours en compétition africaine jusqu’en demi-finale avant de se faire éliminer par le Gor Mahia du Kenya (0-0 ; 2-3). Aujourd’hui, Esae Fc de Cotonou pourrait créer la grosse surprise en accédant dans la phase de groupes. Ceci va donner plus de visibilité au football béninois qui a connu un déclic lors de la dernière Can en Egypte.

Encore du boulot pour les Buffles Fc

Accrochés dimanche dernier au stade René Pleven d’Akpakpa après un match nul (1-1) face à l’Association sportive des conducteurs de la Koza (Asck), les Buffles Fc du Borgou sont désormais sous pression en attendant le match retour à Lomé. Eliminés il y a deux ans à la même étape de la compétition (tours préliminaires de la Ligue africaine des champions) par l’Asec d’Abidjan, les protégés du président Laurent Gnassounou vont batailler fort pour décrocher la qualification pour le second tour en terre togolaise. Pour avoir manqué de réalisme devant les buts dimanche dernier, le staff dirigé par Hamidou Arouna doit profiter des deux semaines de préparation pour colmater les brèches. Le coach du club de Parakou devra travailler au niveau de son attaque l’agressivité et demander à sa défense d’être plus vivace et réactive. Pour le match de dimanche dernier, la copie présentée par les champions du Bénin est passable avec beaucoup de déchets. Du gardien de but aux attaquants en passant par le milieu de terrain, beaucoup de réglages restent à faire. D’abord, Chérif Dine Kakpo devra se ressaisir et rester solide sur ses 7,32 mètres. Aussi, doit-il pouvoir rassurer dans ses sorties surtout sur les balles aériennes. Après, en défense, Nabil Yarou, capitaine de son équipe doit cesser de jouer au suffisant, à l’expérimenté et aller au charbon. Ensuite, en milieu de terrain, il faut jouer très compact avec beaucoup d’impact physique. Enfin, l’équipe a besoin des attaquants prolifiques puisqu’il faut marquer à tout prix un but de plus que l’adversaire si on tient à passer ce cap.





Dans la même rubrique