Recours contre la RDC : Le Bénin officiellement hors course, les leçons à tirer

6 décembre 2021

Les dés sont jetés. Le Bénin est officiellement éliminé de la course au profit de la République Démocratique du Congo (RDC) pour les barrages zone Afrique dans le cadre des Eliminatoire de Coupe du Monde Qatar 2022. Vendredi dernier, la Fédération Internationale de Football Association, dans son verdict, a rejeté la réclamation du Bénin pour vice de forme. En effet, il a été reproché au Bénin de n’avoir pas déposé sa réclamation dans le délai requis conformément au règlement de la compétition. La Fifa s’est appuyée sur l’article 46 du Code disciplinaire qui stipule que « les contestations doivent être soumises dans les 24 heures qui suivent le match et que les protestations sur le comportement d’un arbitre seront dirigées vers une procédure disciplinaire à l’encontre de l’arbitre ». Cette réclamation, selon la décision, doit être suivie d’un rapport écrit, complet devant être envoyé par mail au Secrétaire général de la Fifa dans les 24 heures. Ainsi, la Fifa ne s’est attardée que sur la forme et non le fond.
Le verdict a été accepté du côté de la Fédération Béninoise de Football mais avec regret. Selon Innocent Attindehou, membre du Comité exécutif de la Fbf, dans une interview à Rfi, « Cette plainte que nous avons envoyée, c’est pour montrer que nous ne sommes pas dupes au Bénin. Nous prenons acte de cette décision quoique cela nous a coûté sur le plan moral, c’est le fair-play ». Cependant, il a invité à une réforme profonde au sein de l’arbitrage africain pour l’intérêt du football sur le continent, notamment l’installation de la VAR dans les différents stades.
Cette décision laisse croire que le Bénin méconnait les textes de l’instance faitière qui régit le football mondial. Cela parait injuste, mais c’est la réalité. Il a été renversé par une simple question de délai. Il y a donc matière à s’imprégner véritablement des règlements afin d’éviter de se laisser filer ces opportunités entre les doigts. Plus loin, la Fédération Béninoise de Football (Fbf) devra désormais disposer d’un service juridique et d’un ancien arbitre capables d’attirer les attentions en cas de violation ou non du règlement.





Dans la même rubrique